Actualité théâtrale

Au Théâtre Gérard Philipe, Centre Dramatique National de Saint-Denis, partenaire réduc’Snes, jusqu’au 7 février 2014.

"Les Gens" Texte d’Edward Bond Mise en scène Alain Françon.

Avec "Café", "Le crime du XXIème siècle", "Naître" et "Innocence", " Les gens" fait partie de la quinte dite "de Paris" qu’ Edward Bond écrivit à l’intention d’Alain Françon qui en est ici à la quatrième mise en scène de cette série de textes.

La collaboration d’Alain Françon et d’Edward Bond repose maintenant sur neuf mises en scène parmi lesquelles " Pièces de guerre" qui fut jouée à Avignon, en 1996, sur la scène du Palais des Papes.

Le premier souci d’Edward Bond (dont on ignore souvent qu’il fut scénariste et dialoguiste pour Antonioni ou Visconti) n’est pas d’être un homme agréable et encore moins quand il écrit.

"La Compagnie des hommes" montée en 1992 au Théâtre de la Ville fut à peine soutenue par la critique et ne finit par trouver son public qu’après avoir largement vidé la salle.

"Pièces de guerre" qui fit l’événement lors des représentations à Avignon réhabilita la deuxième version de "Dans la compagnie des hommes" présentée cette fois avec succès, au Théâtre de La Colline.

Pourquoi Alain Françon qui monta entre autres auteurs, Vinaver, Feydeau, Tchekov continue contre vents et marées à mettre en scène les pièces d’ Edward Bond alors qu’il n’a même plus d’institution à soutenir, sachant qu’il va, une fois de plus, alimenter une rumeur désagréable.

Obstination à faire reconnaître un auteur difficile en s’appuyant sur les exemples de Thomas Bernhard ou Samuel Beckett qui sont maintenant passés à la postérité ; fidélité à tout prix ?

Le théâtre de Bond est désespérant, irrespirable, sale et ultra-violent.

La réputation des textes de Bond véhicule l’idée préconçue qu’on y mitraille aveuglément des innocents, qu’on y tue des bébés, qu’on y rabâche sans cesse les mêmes choses, que c’est du vieux théâtre réaliste qui fait de la science-fiction.

Comment faire pour que " Les gens" échappent à tous ces à-priori ?

Dire que Bond a changé, qu’il est devenu plus accessible, que cette fois il veut séduire ?

Ce serait faux.

Mais ce qu’on peut affirmer c’est que Bond fait du théâtre et qu’il est un poète, qu’il travaille avec des images qu’il fabrique avec des mots, que c’est parce que son théâtre est simple qu’il en devient bizarre.

On ressortira perplexe, furieux ou conquis de la représentation de "Les gens" mais les raisons pour lesquelles on aura aimé ou détesté la pièce seront peut-être de mauvaises raisons car, au lieu d’avoir regardé la pièce de façon simple, on aura cherché "midi à quatorze heures".

L’obstination d’Alain Françon à monter Edward Bond aura contribué dans quelque temps, (peut-être faudra-t-il attendre des décennies), à une reconnaissance totale et sans réserves d’un auteur contemporain majeur.

Francis Dubois

Théâtre Gérard Philipe. Centre Dramatique National de Saint Denis 59 Boulevard Jules Guesde 93 200 Saint Denis.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 48 13 70 00

www.theatregerardphilipe.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)