Archives

Le snes dénonce les conditions de correction de l’épreuve de philosophie dans les académies de Paris-Créteil-Versailles

Exigence d’un nouveau calendrier pour l’année scolaire 2011-2012

La dégradation des conditions de correction et les erreurs répétées conduisent à une fragilisation du baccalauréat lui-même comme en attestent les récents commentaires sur la fraude lors de l’épreuve de mathématique en série S. On peut ici légitimement s’interroger sur cette avalanche de critiques mettant en cause non pas les responsablles de l’organisation mais la structure même et la "philosophie" du baccalauréat. Imputant l’erreur où le délit à l’objet visé et non pas aux coupables.

Le SNES dénonce les conditions catastrophiques de distribution des copies de philosophie aux correcteurs. La gestion organisée par le SIEC sur les académies de Paris-Créteil-Versailles a été indigente, près de 3000 copies sans correcteurs au lendemain de l’épreuve et la recherche à la hâte de correcteurs suppléants : retraités, vacataires, enseignants en CPGE, "professeurs volontaires", IPR... Le SNES ne cesse de dénoncer la dégradation des conditions de travail des enseignants, les effets de la réforme du secondaire avec ses diminutions d’horaires et de postes allant aggraver une situation déjà intenable. Il faut certainement interroger sur ces trois académies la gestion exclusive du SIEC, qui décide seul et sans consultation des affectations des correcteurs, cette gestion croisée trouve ici ses limites. Mais au-delà ce sont toutes les académies qui rencontrent des difficultés.
Le retour à une épreuve anticipée par rapport aux autres disciplines sur le calendrier du baccaluréat est une nécessité. Cette demande légitime, qui n’engage aucun moyen suppémentaire pour l’Etat, n’a rencontré qu’un silence assourdissant au nom de "la reconquête du mois de juin", mettant ainsi en péril le sérieux de l’épreuve et à mal son organisation.
Le SNES exige que le calendrier du baccalauréat 2011-2012 prenne en compte cette juste revendication, autrement, et dès sa parution, le SNES prendra toutes les mesures pour restituer aux correcteurs de philosophie le temps nécessaire à un travail de correction serein, condition d’une équité pour les candidats et d’un travail décent pour les enseignants.

Autres articles de la rubrique Archives