US Magazine 671 du 18 septembre 2008

Le point sur la réforme des lycées

Après la réunion multilatérale du 27 août (voir L’US 671 et le site du SNES), le SNES a été reçu par J.-P. de
Gaudemar le 16 septembre. Ce dernier a présenté un certain nombre d’hypothèses de travail, en précisant
que rien n’était décidé : réduction de l’horaire élève à 27 h hebdomadaires en Seconde (au lieu de 28 h actuellement
hors Aide Individualisée), architecture modulaire pour tous les enseignements sous forme semestrielle.
Dans le même temps, une dépêche de presse présentait ces hypothèses de travail comme des décisions du ministre.
Le SNES et le SNEP se sont immédiatement adressés à Xavier Darcos pour lui demander de créer les conditions nécessaires à la poursuite des
discussions en faisant, d’une part, des propositions sur la révision du calendrier et, d’autre part, en démentant que les projets parus dans la presse
soient des propositions déjà tranchées.
Dans un courrier adressé au SNES le 24 septembre, ce dernier, sous la signature de son directeur de cabinet, affirmait : « un cadre et une méthode
de travail garantissant la transparence des débats… Les propositions formulées à ce stade constituent des hypothèses de travail qui ne préjugent
pas de la décision finale du ministre. »
Le bureau national du SNES a considéré que ce courrier constituait un engagement du ministre dont le SNES prend acte et permettait, à ce titre,
les conditions de la poursuite des discussions en cours tout en restant particulièrement vigilant au respect des engagements du ministre.
En l’état, les propositions sur l’horaire-élève et la modularisation sont inacceptables. Le SNES l’a redit au chargé de mission et lui a demandé
de partir sur des bases différentes.

LES AXES DES PROPOSITIONS DE J.-P. DE GAUDEMAR

Les objectifs affichés sont « la rupture avec une organisation trop figée en voies et en séries », une plus
grande souplesse et une plus grande liberté individuelle dans les parcours, une plus grande marge d’autonomie
des établissements. Pour M. de Gaudemar, la semestrialisation des enseignements serait « le
bon outil » pour atteindre ces objectifs.
Sur l’ensemble des trois années il y aurait donc trois types de modules de trois heures sur un semestre
 : enseignements généraux, enseignements d’exploration en Seconde et de spécialisation en Première-
Terminale, accompagnement.

CLASSE DE SECONDE
- L’horaire hebdomadaire de l’élève serait de 27 h (une trentaine actuellement, suivant les options).
- La répartition des enseignements en terme de temps scolaire serait de 11 modules d’enseignement
général, 4 d’enseignement d’exploration et 3 d’accompagnement.
- Les enseignements généraux comprendraient lettres, maths, LV1 et LV2, EPS et histoiregéographie,
ceux d’exploration seraient classés par famille, l’élève devant choisir ses modules parmi au
moins deux d’entre elles. L’accompagnement serait du domaine de « l’autonomie des établissements »,
et son contenu n’est donc pas précisé pour l’instant.

CYCLE TERMINAL
La répartition des enseignements en terme de temps scolaire serait de 16 modules généraux et
16 modules de spécialisation sur tout le cycle. Les enseignements généraux « indispensables »
comprendraient lettres, maths, LV1 et LV2, et philosophie. Les modules seraient répartis en 4 familles :
humanités et arts, sciences, sciences de la société et technologies, cette dernière étant divisée en
sous-parcours (SMS, STI,STG …). L’élève « colorerait son parcours » en choisissant, parmi les 16 modules
de spécialisation proposés sur deux ans, au moins 9 modules de la même famille.

L’ANALYSE DU SNES

Le SNES porte l’idée d’une organisation du lycée qui
- permette aux élèves de Seconde un véritable choix d’orientation ;
- offre, dans le cycle terminal une plus grande diversité de parcours cohérents que les séries actuelles
ne le permettent ;
- assure un meilleur encadrement du temps de l’élève dans le domaine de l’aide, du soutien et du travail
personnel.
La semestrialisation n’est pas la solution miracle, d’autant que le ministère n’apporte pas de réponses
à nos objections, si ce n’est que ce serait mieux ainsi.
La diminution de l’horaire élève n’est pas un principe acceptable. On peut travailler sur une meilleure
articulation entre le travail en classe et le travail prescrit à l’extérieur, en prenant pour base l’horaire actuel
augmenté d’heures d’accompagnement.
L’effacement des voies et des séries est une fausse piste. L’architecture actuelle doit cependant être revue
pour augmenter les possibilités de choix des élèves.
Autant de points sur lesquels le SNES ne transigera pas.

Roland Hubert

Avec ce numéro, tous les syndiqués exerçant au lycée ont reçu un 8 pages spécial sur la réforme. Celui-ci est également disponible sur www.snes.edu et a été acheminé dans tous les établissements.

Vous retrouverez nos communiqués, des informations
sur l’état des lieux des débats, des documents et des
dossiers sur www.snes.edu, dans la rubrique « AGIR
Réforme du lycée ». Dès maintenant, cet espace vous
appartient : exprimez-vous librement et n’hésitez pas
à nous contacter sur lycees@snes.edu

Autres articles de la rubrique US Magazine 671 du 18 septembre 2008

  • L’information-documentation
    ÉVOQUÉE DE FAÇON TRÈS GÉNÉRALE DANS LES PROGRAMMES, la formation des élèves à la recherche documentaire recouvre des réalités très diverses. Reposant sur le bon vouloir et la disponibilité des... Lire la suite (Octobre 2008)
  • Des classes préparatoires égalitaires
    Les taux d’échec en premier cycle universitaire ou les piètres classements internationaux sont parfois exacerbés pour justifier des remèdes miracles : augmenter les frais de scolarité, accroître... Lire la suite (Octobre 2008)
  • Evaluation en CCF : l’indigestion
    La généralisation de l’évaluation en CCF(1) s’affirme avec l’entrée en vigueur en septembre 2008 du nouveau référentiel du BTS Assistant de Manager, suivi en 2009 par le BTS Assistant de Gestion PME-PMI.... Lire la suite (Octobre 2008)
  • Langues vivantes : journée européenne
    Le Conseil de l’Europe a rappelé, non sans fierté, que le 26 septembre est la Journée européenne annuelle des langues. Quant à l’UNESCO, elle a choisi de faire de 2008 l’année des langues. Cet... Lire la suite (Octobre 2008)