US 677 du 2 février 2009

Langues vivantes : la pression continue

Après le A2, les certifications et les groupes de compétences
(qui ne sont pas des obligations de service), voici les stages
de langues pendant les vacances scolaires.

Définitivement, la démagogie du ministre de l’Éducation nationale, qui présente le hors-temps
scolaire comme une solution magique, ne semble pas avoir de limite. Comment oser faire
croire que quelques heures supplémentaires pendant une semaine de vacances vont permettre aux
élèves de devenir « bilingues » ? De plus, M. Darcos ne recule devant rien : si les profs ne veulent pas,
les assistants de langue voire d’éducation peuvent y participer aussi ! C’est bien mépriser le métier
d’enseignant que de proposer de pareilles mesures. Appelant les collègues à ne pas s’associer à cette
mascarade, nous rappelons qu’un enseignement de qualité en langues passe inévitablement par des
effectifs allégés ou dédoublés, par un nombre d’heures de cours ne pouvant pas être inférieur à
3 heures par semaine et du matériel audiovisuel dans toutes les classes de langues. Nous rappelons
aussi notre demande de diffusion de films et d’émissions en version originale à la télévision pour favoriser
hors temps scolaire l’exposition nécessaire aux langues vivantes.

Thérèse Jamet-Madec, Marc Rollin

Modèle de lettre à adresser aux IPR et Recteurs

 

Modèle de lettre à adresser aux IPR et Recteurs

 

Les professeurs de langues vivantes du lycée...

 

Aux IPR de… et à M. le Recteur de l’Académie de...

 

Les professeurs de langues et leurs collègues du lycée... sont choqués par la nouvelle proposition du ministre de l’Éducation nationale les invitant à participer au renforcement de l’apprentissage des langues vivantes pendant les congés scolaires.

 

Nous avons conscience des difficultés rencontrées par les élèves ; cependant la solution envisagée ne nous semble pas adéquate. Comment peut-on apprendre une langue vivante en ne la pratiquant que deux heures par semaine ? Comment peut-on penser que quelques stages de remise à niveau pendant les vacances suffiraient à pallier les difficultés des élèves ?

 

Rien n’est envisagé pour favoriser l’apprentissage des langues étrangères en France, contrairement aux autres pays, pris si souvent en exemple : il est rare qu’un film soit diffusé en VO à la télévision, le matériel audiovisuel est souvent vétuste et en nombre insuffisant. De plus, l’exposition des élèves en cours de langues s’est réduite comme une peau de chagrin au fil des années au point d’en arriver à 2 heures ou 2 h 30 par semaine avec des groupes de 30 à 35 élèves !

 

Avant d’instaurer des cours de soutien pendant les vacances il nous semble plus judicieux de procéder à une revalorisation des conditions de travail, à savoir :

 

·        un horaire conséquent en LV (3 heures par élève, à tous les niveaux, comme le recommandent de nombreuses études) ;

 

·        des groupes de LV permettant aux élèves d’avoir « une pratique orale intensive » (groupes de 15 élèves environ) et aux enseignants d’accomplir sereinement leurs missions.

 

Par cette lettre, nous refusons de participer à un tel dispositif.

 

Veuillez agréer, M. le Recteur, MM. et Mmes les Inspecteurs, l’assurance de nos salutations

respectueuses.

 

Autres articles de la rubrique US 677 du 2 février 2009

  • SES : nouvelle provocation
    « Il y a une série économique pour vos enfants. C’est une blague. » Tels sont les propos tenus par M. Sarkozy lors d’une visite à Châteauroux, le 27 janvier ! La série ES est accusée une fois de... Lire la suite (Février 2009)
  • Bac pro 3 ans : trop commode
    La rentrée 2009 devrait voir la généralisation du bac pro 3 ans. Cela devrait vouloir dire qu’à la prochaine rentrée les élèves seront inscrits en Seconde professionnelle dans le cadre du parcours de... Lire la suite (Février 2009)
  • Reconquête du mois de juin : sacrifier la qualité
    En publiant le calendrier de fin d’année scolaire, sans consultation préalable, le ministère a fait le choix de privilégier les effets d’annonce au détriment de la qualité du service public et des... Lire la suite (Février 2009)