Articles US 2011-2012

Langues vivantes : barque trop chargée (US 716 du 21/12/11)

Depuis des années, l’enseignement des langues vivantes voit s’accumuler injonctions et prescriptions, plaçant les enseignants dans une situation insupportable.

La situation se dégrade encore et encore et devient intenable :
- des effectifs pléthoriques dans de nombreuses classes de collège et de lycée ;
- un nombre important de classes ou de groupes à prendre en charge ;
- des regroupements d’élèves anti-pédagogiques (LV1 LV2 voire LV3 ; élèves de séries différentes ou de niveaux de classe différents ; élèves issus de classe bilangue de collège pour lesquels aucune continuité n’a été prévue au lycée avec des élèves n’ayant pas suivi ce type d’enseignement, groupes de compétences...) ;
- l’évaluation constante des cinq compétences au détriment des apprentissages déjà limités par un horaire insuffisant (criant en STI) ;
- des problèmes d’articulation entre les programmes et les compétences par manque de formation ;
- des menaces sur l’existence même des langues autres qu’anglais ou espagnol.

PLUS LOURDE ENCORE

Hélas, avec les nouvelles épreuves au baccalauréat, la charge va encore s’alourdir en lycée (BO n°43 du 24/11/2011) : à partir de la session 2013, toutes les compétences (compréhension et expression écrites et orales) seront évaluées dans l’ensemble des séries.

Les épreuves orales seront terminales uniquement en série L. Pour les autres séries, elles auront lieu au cours du 2e trimestre (compréhension orale) et du 3e trimestre (expression orale), dans le « cadre habituel de formation de l’élève », ce qui est inacceptable. Les épreuves écrites seront terminales dans toutes les séries.

Le SNES s’adresse au ministère pour exiger un cadrage national des épreuves et construira avec la profession les actions nécessaires pour obtenir ce cadrage ainsi qu’une amélioration des conditions d’enseignement des LV.

Thérèse Jamet-Madec, Marc Rollin

Autres articles de la rubrique Articles US 2011-2012