Actualité théâtrale

au théâtre de l’Épée de Bois

"La nuit des rois" Jusqu’au 9 juin

Une femme déguisée en homme se met au service d’un prince qui le charge de défendre sa cause auprès de la comtesse qu’il aime. La comtesse tombe amoureuse du messager, lequel aime le prince ! Si on ajoute à cet imbroglio, des jumeaux, un prétendant éconduit, un oncle un peu ivrogne et facétieux, un clown, des serviteurs qui cherchent à se moquer et à punir de son dédain, le serviteur de la Comtesse, on a tous les ingrédients d’une comédie de Shakespeare, où le désir et l’amour jouent à cache-cache à la recherche du bonheur.

Le goût du travestissement, le jeu sur le double, l’accumulation de confusions, les quiproquos, si présents dans le théâtre de la Renaissance, sont portés à leur apogée dans cette comédie. Shakespeare y a abondamment joué de la confusion des genres, favorisée par le fait, qu’à son époque, les rôles de femme étaient tenus sur scène par des jeunes gens. Ici la confusion des genres augmente d’un cran puisque Serge Lipszyc a choisi de faire jouer la Comtesse Olivia par un homme très grand, au crâne rasé (Bruno Cadillon) et le duc Orsino par une femme (Valérie Durin). Viola est jouée par un homme (Sylvain Méallet) et son frère par une femme (Juliane Corre). La ressemblance de leur voix et de leur stature font que l’on se perd et que l’on ne sait plus qui est homme et qui est femme. Et lorsque la comédie s’achève, le second titre de la pièce What you will prend encore plus de sens. Un garçon, une fille, ce que vous voudrez, dit Shakespeare.

Crédit : Anne Rabaron

Dans un décor tout aussi chahuté que les sentiments dans la pièce, Serge Lipszyc nous fait passer du discours d’un fou à l’humeur mélancolique, qui chante la folie du monde, à la taverne où Toby et les serviteurs s’enivrent en préparant le piège qui ridiculisera Malvoglio, le serviteur de la Comtesse. Sa mise en scène, qui fait une place à la musique jouée sur scène, est en parfait accord avec l’esprit du théâtre élizabethain. Elle nous fait entrer dans un univers foutraque, où s’agitent des êtres poussés par leurs désirs et leur rêve de bonheur et nous rappelle qu’en chacun de nous se côtoient le féminin et le masculin. N’est-ce pas à l’ordre du jour en ce printemps ?

Micheline Rousselet

Du mardi au vendredi à 21h,samedi à 19h, dimanche à 16h
Théâtre de l’Épée de Bois
La Cartoucherie, Route du Champ-de-Manœuvre
75012 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 08 39 74

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)