Actualité théâtrale

au théâtre de l’Épée de Bois

"La nuit des rois" Jusqu’au 9 juin

Une femme déguisée en homme se met au service d’un prince qui le charge de défendre sa cause auprès de la comtesse qu’il aime. La comtesse tombe amoureuse du messager, lequel aime le prince ! Si on ajoute à cet imbroglio, des jumeaux, un prétendant éconduit, un oncle un peu ivrogne et facétieux, un clown, des serviteurs qui cherchent à se moquer et à punir de son dédain, le serviteur de la Comtesse, on a tous les ingrédients d’une comédie de Shakespeare, où le désir et l’amour jouent à cache-cache à la recherche du bonheur.

Le goût du travestissement, le jeu sur le double, l’accumulation de confusions, les quiproquos, si présents dans le théâtre de la Renaissance, sont portés à leur apogée dans cette comédie. Shakespeare y a abondamment joué de la confusion des genres, favorisée par le fait, qu’à son époque, les rôles de femme étaient tenus sur scène par des jeunes gens. Ici la confusion des genres augmente d’un cran puisque Serge Lipszyc a choisi de faire jouer la Comtesse Olivia par un homme très grand, au crâne rasé (Bruno Cadillon) et le duc Orsino par une femme (Valérie Durin). Viola est jouée par un homme (Sylvain Méallet) et son frère par une femme (Juliane Corre). La ressemblance de leur voix et de leur stature font que l’on se perd et que l’on ne sait plus qui est homme et qui est femme. Et lorsque la comédie s’achève, le second titre de la pièce What you will prend encore plus de sens. Un garçon, une fille, ce que vous voudrez, dit Shakespeare.

Crédit : Anne Rabaron

Dans un décor tout aussi chahuté que les sentiments dans la pièce, Serge Lipszyc nous fait passer du discours d’un fou à l’humeur mélancolique, qui chante la folie du monde, à la taverne où Toby et les serviteurs s’enivrent en préparant le piège qui ridiculisera Malvoglio, le serviteur de la Comtesse. Sa mise en scène, qui fait une place à la musique jouée sur scène, est en parfait accord avec l’esprit du théâtre élizabethain. Elle nous fait entrer dans un univers foutraque, où s’agitent des êtres poussés par leurs désirs et leur rêve de bonheur et nous rappelle qu’en chacun de nous se côtoient le féminin et le masculin. N’est-ce pas à l’ordre du jour en ce printemps ?

Micheline Rousselet

Du mardi au vendredi à 21h,samedi à 19h, dimanche à 16h
Théâtre de l’Épée de Bois
La Cartoucherie, Route du Champ-de-Manœuvre
75012 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 08 39 74

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)