Archives

La femme squelette au Théâtre du chaudron

A partir d’un conte inuit, Nadia Vadori construit un spectacle où s’entremêlent danse, musique, vidéo, poésie. Dans ce conte ancestral un pêcheur recueille dans ses filets le squelette d’une femme jetée du haut d’une falaise. Plongé dans un monde de cauchemars, il ne retrouve la paix qu’en remettant dans l’ordre ces os, et s’endort. Dans la nuit polaire, la femme squelette voit briller une larme qui perle de la paupière de l’homme endormi, la boit, plonge la main dans sa poitrine et en extrait un cœur qui bat comme un tambour. Le squelette redevient alors femme, remet le cœur dans la poitrine du pêcheur et s’allonge contre lui pour ne plus le quitter. Nadia Vadori s’est librement inspirée de ce conte et sa chorégraphie bercée par la musique, les jeux de lumière et la vidéo devient texte. C’est le langage du corps porté par les acteurs-danseurs qui nous fournit les éléments pour reconstituer la légende et les thèmes que la chorégraphe lui associe : les fantômes du passé, l’enfance, les chassés-croisés amoureux, la sensualité et la création. A coups de digressions, d’associations d’images oniriques ou drôles, elle nous embarque dans son rêve. Micheline Rousselet

Au Théâtre du Chaudron, Cartoucherie, 75012 Paris (partenaire « Réduc’snes) jusqu’au 13/2/05. Compagnie Les souliers rouges.

Autres articles de la rubrique Archives