Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point, du 3 au 27 novembre 2016

"La cuisine d’Elvis" de Lee Hall Mise en scène de Pierre Maillet.

Dans une famille au fonctionnement bancal, survient un jeune homme que la mère, femme légère, a séduit et ramené chez elle.

Sa présence dans la maison n’est pas du goût de Jill, l’adolescente de quatorze ans, boulimique bougonne et passionnée de cuisine.

Le père qui, toute sa vie, a exploité sa ressemblance avec Elvis Presley est aujourd’hui dans un fauteuil roulant, végétatif.

Que va-t-il se passer entre la mère nymphomane, anorexique et alcoolique, l’adolescente qui enfourne des tartes et s’éveille à la sexualité et un père grabataire dont le sexe est constamment en érection.

Tension et rivalité vont être conduites au paroxysme par la difficulté de choisir entre la mère et la fille, d’une espèce d’ange satanique ou d’homme terriblement ordinaire.

Théâtre : La cuisine d'Elvis

Le spectacle qui résulte de cet embrouillaminis sulfureux est tout à la fois drôle et pathétique, irrésistible et douloureux. Il est rythmé par des intermèdes chantés au cours desquels, le père ressuscité, est renvoyé à sa passion passée pour Elvis Presley. Il devient, l’espace d’une chanson,

la réincarnation de la "bête de scène", l’artiste le plus sensuel et le plus érotique de l’histoire du rock et de la pop.

"La cuisine d’Elvis " est une pièce hybride qui restitue tout ce qui peut se passer entre les quatre murs d’une pièce, entre des personnages à vif, avides, impatients, pressés de céder à l’opportunité et au désir qui leur vient.

Ils sont surpris dans leur intimité, en état d’incandescence. Mettant leurs travers, leurs secrets en lumière, ils deviennent, dans des intervalles pathétiques, les spectateurs d’eux-mêmes et de leurs agissements.

La pièce de Lee Hall relayée par la mise en scène jubilatoire de Pierre Maillet est-elle comédie dramatique ou cabaret tragi-comique ?

C’est en tout cas, un spectacle qui mélange avec bonheur différents genres théâtraux, où le même décor tient à la fois du laboratoire culinaire, de l’intérieur petit-bourgeois et de la scène de music-hall.

Et tant mieux si le sujet de la pièce est indéfini, si les ingrédients dramatiques qui le sous-tendent

vont de la haine à la jalousie, de la faiblesse du mâle pris de désir, du dégoût jusqu’à l’attirance et peut-être jusqu’à la folie des êtres quand ils sont égarés dans la solitude.

Les comédiens sont tous épatants et en sortant, nombreux étaient les spectateurs qui fredonnaient une chanson d’Elvis Presley…

Bon signe !

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2 bis avenue Franklin-Roosevelt 75 008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 95 98 21 / www.theatredurondpoint.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • "Les riches reprennent confiance"
    Louis-Charles Sirjacq a écrit "Les riches reprennent confiance" il y a une dizaine d’années. Les deux personnages principaux de la pièce, hommes d’affaires insatiables, aveuglés par le profit ont... Lire la suite (Février 2008)
  • "L’hôtel du libre-échange" de Feydeau
    Une succession d’événements imprévus et de quiproquos réunissent à l’hôtel du libre échange un expert en bruits suspects, sa femme prête à le tromper avec son meilleur ami, un avocat bègue et ses quatre... Lire la suite (Février 2008)
  • "Le Classique et l’Indien"
    Lorsqu’on pose à Gérard Garouste la question de savoir à quoi ressemble Le Classique et l’Indien, s’il s’agit de Théâtre ou d’une performance, il répond que le spectacle tient un peu des deux, qu’en tous... Lire la suite (Février 2008)
  • La trilogie de Joël Pommerat : Au monde - D’une seule main - Les marchands
    Pour la première fois, la Trilogie de Joël Pommerat, qui a toujours été donnée de façon dispersée se trouve recomposée. C’est l’occasion de découvrir, avec la cohérence de l’ensemble, la force et... Lire la suite (Février 2008)
  • Antigone, de Sophocle
    Nul n’ignore l’histoire d’Antigone qui s’oppose à la décision politique du Roi de Thèbes pour obéir à un devoir sacré, donner une sépulture à son frère. Mais la pièce de Sophocle va bien au-delà de la... Lire la suite (Février 2008)