Archives

"La cruche cassée" de Kleist, "L’Orestie" d’après Eschyle au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers -– partenaire Réduc’snes

Agamemnon, Les Choéphores et Les Eumènides constituent la tragédie de l’Orestie. L’histoire de la famille des Atrides où le crime engage le crime. Agamemnon sacrifie sa fille Iphigénie pour prendre Troie. De retour à Argos, il est assassiné par sa femme Clytemnestre pour son crime. Oreste, en mémoire de son père sacrifie Clytemnestre. Les Erinyes, déesses vengeresses réclament la mort d’Oreste pour son crime matricide. Dans la dernière pièce, Les Euménides, pour mettre fin à la spirale de la vengeance, Eschyle fait appel à la justice et à la sagesse et en instaurant le débat et le vote majoritaire, met en place la Démocratie…

L’Orestie - copyright_Marc_Dania u

Après avoir été l’assistant de Stéphanie Loïc, de Daniel Besse et de Brigitte Jaques, David Géry, qui signe cette adaptation d’ Eschyle, a mis en scène Les guerriers de Philippe Minyana, Les liaisons dangereuses de Laclos et fondé en 1995, la compagnie du T.d’Or. Il monte ensuite Britannicus dont la mise en scène fait suite à un travail d’ateliers ouverts par Brigitte Jaques et François Régnault au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers. Après un passage par l’Ubu Repertory Theater à New-York, il crée en 2004 Bartleby d’Herman Melville, spectacle repris en 2005 toujours au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers
Depuis 1998, il intervient dans différents Lycées parisiens.
Lorsqu’on demande à David Géry les raisons pour lesquelles il a choisi de mettre en scène L’Orestie , il répond "Il devrait être reconnu d’utilité publique de réviser ce chef d’œuvre, de le monter au nom de la civilisation, au nom de la démocratie, au nom de notre humanité…Ce chef d’œuvre absolu du génie humain a traversé les siècles en demeurant d’une brûlante actualité et il reste aujourd’hui la seule trilogie antique sauvegardée".

La Cruche cassée  : cette farce, unique comédie de Heinrich von Kleist lui a été inspirée par un tableau représentant une scène de justice villageoise.
Adam est le juge d’une petite bourgade de la province d’Utrecht. Par un concours de circonstances malheureuses, il est amené à instruire le procès de sa propre faute, celle d’avoir tenté de séduire une jeune paysanne. Face au Conseiller de justice, il n’aura cesse de détourner le soupçon de lui-même. Ce n’est pas seulement une plaisanterie de la part de Kleist s’il a donné aux personnages les noms des deux premiers coupables de l’humanité.
Faisant référence à la fois à la mythologie chrétienne et à la mythologie païenne, La cruche cassée traite du mythe de Satan, la figure du mal, à travers le personnage d’Adam qu’il affuble même d’un pied-bot…
Heinrich von Kleist est né en 1777 à Francfort sur Oder. Après avoir servi dans l’armée pendant cinq années, il se met à écrire pour le théâtre, La cruche cassée en 1803 que Goethe mettra en scène sans grand succès. En 1805, il écrit La marquise d’O. Opposant à Napoléon et soupçonné d’espionnage, il est emprisonné par les Français. Il se donne la mort à trente quatre ans et ne verra pas ses grandes pièces représentées, notamment Le Prince de Hombourg écrite en 1810. Ignoré de son temps, il faut attendre 1920 pour qu’il soit redécouvert. Il est considéré aujourd’hui comme le grand auteur tragique des lettres allemandes. Jean Vilar en créant Le Prince de Hombourg et Penthésillée a beaucoup contribué à sa notoriété en France. Frédéric Bélier-Garcia, après avoir étudié et enseigné la philosophie, signe sa première mise en scène au théâtre en 1999, Biographie, un jeu de Max Frisch au Théâtre de la Commune d’Aubervilliers. Suivront Un garçon impossible de Peter Rosenlud à la Comédie française, L’homme du hasard de Yasmina Reza, Une Nuit arabe, au Théâtre du Rond-Point. Co-auteur avec Emmanuel Bourdieu du Mental de l’équipe mis en scène par Denis Podalydès, il a réalisé aussi plusieurs mises en scène d’Opéra comme Don Juan de Mozart pour l’Opéra de Marseille. En 2009, il créera La Traviata de Verdi aux Chorégies d’Orange.
Il a participé comme co-scénariste à certains films de Nicole Garcia, Place Vendôme, L’adversaire ou Signé Charlie.
Francis Dubois

Théâtre de la Commune, Centre Dramatique National d’Aubervilliers
2 rue Edouard Poisson, 93 304 Aubervilliers. Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 48 33 16 16 (ou 16 18) info@theatredelacommune.com - www.theatredelacommune.com
"L’Orestie" jusqu’ au 21 décembre
" La cruche cassée" de Heinrich von Kleist, mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia, jusqu’au 8 décembre

Autres articles de la rubrique Archives

  • "Sauve qui peut, pas mal comme titre" d’après Thomas Bernhard
    Jalente de Keersmaeker, Sara de Roo et Damiaan de Schrijver, créateurs de la célèbre troupe belge "tg Stan" ont rassemblé cinq dramuscules de Thomas Bernhard. Cinq textes dans lesquels l’auteur... Lire la suite (Décembre 2007)
  • "Nous, les héros"
    Jean-Luc Lagarce est très à l’honneur cette année et cette pièce est importante dans son œuvre. "Nous, les héros" évoque la vie d’une troupe de théâtre. Les comédiens, en sortant de scène, célèbrent les... Lire la suite (Décembre 2007)
  • "Le mendiant ou la mort de Zand"
    Bernard Sobel a l’art de nous faire découvrir des auteurs russes oubliés. Cette fois-ci, il ressuscite un poète, nouvelliste et dramaturge, Iouri Olecha, qui eut 18 ans au moment de la Révolution... Lire la suite (Novembre 2007)
  • Barthes, le questionneur, d’après Roland Barthes
    Qu’est-ce donc que la littérature de gauche ? Qui va au théâtre en France ? Suis-je marxiste ? Une option politique doit-elle entraîner fatalement une opinion idéologique ? Qui pourrait prétendre qu’en... Lire la suite (Novembre 2007)
  • "Toute une vie" et "L’art du théâtre"
    La saison à Gennevilliers s’est ouverte début octobre avec Ouramdane/surface de réparation. Elle se poursuit, du 21 novembre au 16 décembre, avec deux créations de Pascal Rambert pour le texte et la... Lire la suite (Novembre 2007)