Archives

au Lavoir Moderne Parisien

L’homme roux qui était né chauve… d’après Daniil Harms

Le Lavoir Moderne Parisien n’est pas une salle de théâtre traditionnelle. C’est un lieu d’animation (d’effervescence) permanente, qui décline lui-même ses initiales en "Laboratoire Multiculturel Populaire". Son dynamisme et sa politique culturelle de proximité dans ce quartier qui a toujours accueilli une immigration importante ne plait pas à tout le monde et nous avons évoqué dans le dernier n° de l’Us-Magazine la fermeture autoritaire par décision préfectorale fin décembre, pendant 8 jours, de ce lieu chargé d’histoire, en plein milieu d’un Festival pour enfants, de même que celle de l’Olympic-Café, autre lieu de débats et d’expression publique dans la même rue [1]
Jusqu’au mercredi 21 mars (à 21h sauf dimanche) on peut y découvrir une création insolite, volontairement grinçante, "L’homme roux qui était né chauve (et 9 autres questions)" très librement adaptée de l’œuvre de Daniil Harms par Frank Zerbib et le collectif Acid Kostik (en co-production avec la scène nationale de Dieppe).
Ce n’est qu’en 2005 qu’a été publiée en France [2] l’importante et inclassable œuvre poétique et littéraire de Daniil Harms, né Iouvatchov en 1905 dans le Petrograd (Leningrad/St-Petersbourg) de la Russie tzariste secouée par la 1ère révolution. Après avoir joué un grand rôle dans l’effervescence artistique des années 20, en particulier avec une expression poétique joyeuse et ludique pour les enfants, avant d’être victime de la répression stalinienne, Daniil Harms mourut en détention psychiatrique en 1942.
Obsessions psychiatriques, différentes formes de fantastique, expressions répétitives à la manière des Exercices de style de Queneau, mais baignant dans un climat très insolite… constituent l’univers de cette création imprégnée d’un humour féroce et ravageur qui évoque parfois aussi les aliénations et l’absurdité de notre monde d’aujourd’hui. La création est aussi inclassable que l’auteur à qui elle emprunte des éléments de texte. Elle est magistralement interprétée, sans un instant de répit, par 4 comédiens, dont 2 sont aussi musiciens et auteurs de la musique, François Henry et Franck Gibaux. Fabien Marais et Julien Flematti sont tout aussi performants, et tous les quatre se transforment au contact de quelques objets énigmatiques –improbables ou lourdement connotés - qui renforcent souvent la tension et le caractère insolite des situations. Des déplacements de groupe particulièrement travaillés et articulés constituent aussi des images fortes de ce spectacle. Bruits et musiques contribuent également activement à la cohésion d’un ensemble impressionnant, parfois déroutant, toujours décapant, qui consacre bien le nom de la compagnie qui l’a généré. Cet Acid Kostik se veut un "laboratoire d’artistes, musiciens, comédiens travaillant à la création d’univers où le théâtre et la musique se complètent". Il est né en 2002 à Rouen sous l’impulsion de Julien Flematti (comédien formé notamment par Frank Zerbib qui participa notamment à l’aventure des Wriggles pendant plus de 10 ans en écrivant et interprétant une partie de leurs chansons), François Henry et Fabien Marais, tous trois issus du Conservatoire. Si vous n’avez pas la chance de les rencontrer au LMP, vous pouvez les suivre sur http://www.myspace.com/acidkostik et ils seront le 10 avril à 20h30 au Drakar à Neuville les Dieppe (2km de Dieppe), et au même endroit, le 10 avril et le 12 avril à 15h, en matinées scolaires, pour lycées.
Philippe Laville

Lavoir Moderne Parisien
35, rue Léon – 75018 Paris M° Château Rouge ou Marcadet Poissonnière.
Réservations (nouveau partenaire Réduc’snes tarif réduit pour adhérents Snes même venant individuellement, mais sur réservation impérative) 0142 52 09 14.
Dans ce lieu dont la façade ne laisse pas deviner la très belle salle, une programmation très dense (le 22/3 à 20h, "Clandestin" pièce de Joël Campagne et Merouan Talbi, faisant suite à un débat "pour une autre politique de l’immigration" ; 23-24/3 Christian Paccoud chante Novarina "éloge du réel et autres chansons dramatiques", du 3 au 7/4 "Festival de la chanson couac"…) est présentée sur le site http://www.rueleon.net

Notes

[1voir US-Mag n° 647 du 29/1/07, page 41

[2Oeuvres de Daniil Harms, traduction Yvan Mignot, Ed. Verdier – 992 pages

Autres articles de la rubrique Archives