Actualité théâtrale

au Théâtre de Belleville jusqu’au 1er juillet 2012

"L’éloge de l’oisiveté" Un spectacle de et avec Dominique Rongvaux, d’après Bertrand Russell

En 1932, Bertrand Russell, philosophe, mathématicien et prix Nobel de littérature, publie "L’éloge de l’oisiveté". Cet essai est un plaidoyer sur une plus juste redistribution des richesses liées aux progrès techniques de la révolution industrielle ; il y développe également une théorie selon laquelle, si ces richesses étaient mieux réparties, la lourdeur et la pénibilité du travail réduites, permettraient à chacun de consacrer plus de temps à des activités dignes et constructives. La tension liée aux contraintes du travail atténuée, le monde laborieux connaîtrait des rapports plus harmonieux entre les individus et une sérénité beaucoup plus productive.

© Anik Rubinfager

Le spectacle qu’a conçu Dominique Rongvaux puise dans cet ouvrage ce qui a trait à la place du travail dans nos existences, à la valeur de l’argent, à notre rapport au temps et à l’urgence.
Il lui donne une tonalité ludique, espiègle, parfois malicieuse en associant à la réflexion de Bertrand Russell, une fable de La Fontaine, des extraits de l’œuvre de Denis Grozdanovitch, l’auteur du "Petit Traité de désinvolture" et de "L’Art difficile de presque rien faire" et il y ajoute même, le texte de la chanson que Brassens avait écrite pour Henri Colpi à l’occasion de son film "Heureux qui comme Ulysse".
"L’éloge de l’oisiveté",
comme un questionnement partagé avec le public, n’impose pas plus une démonstration qu’il n’assène des vérités.
Tout au plus il donne des pistes de réflexion sur les possibilités qui nous sont offertes en dehors des discours majoritaires qui pourraient vanter l’acquisition d’une montre Rolex à cinquante ans pour prouver sa réussite, plus de travail pour gagner plus et l’accès à la lecture de "La Princesse de Clèves" uniquement réservée à ceux qui pensent trop ou n’ont d’autres moyens de s’exprimer que celui d’agiter les drapeaux rouges de la révolution stérile.
Dominique Rongvaux distille son propos avec finesse et intelligence. Cet artiste sait établir avec le public une complicité décontractée, jamais racoleuse et avec son savoir-faire, les pensées les plus poussées jaillissent avec une légèreté bienvenue et une belle élégance.
Ce spectacle devrait être l’occasion de faire un détour par le Théâtre de Belleville, un de ces petits lieux qui se cachent dans une cour et où le public, en attendant de rejoindre la salle, prend un bain de convivialité.
Francis Dubois

Théâtre de Belleville
94 rue du Faubourg du Temple
75 011 Paris

Réservations = se réclamer du Snes et de cet article, demande de partenariat Réduc’snes en cours 01 48 06 72 34
www.theatredebelleville.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)