La réforme Robien de 2006

Logo BO2
L’éducation prioritaire dans la circulaire de rentrée 2008

6 - Améliorer l’efficacité de l’éducation prioritaire par son inscription dans le plan Espoir Banlieues


L’évolution de l’éducation prioritaire en deux niveaux, les réseaux “ambition réussite”, pilotés nationalement en lien avec les académies, et les réseaux de “réussite scolaire”, pilotés académiquement en lien avec la politique nationale, doit se poursuivre, afin de donner sa pleine mesure au principe de l’égalité des chances. L’objectif de performance de l’éducation prioritaire implique la réussite de chaque élève, appréciable individuellement. Cet objectif, commun dans son principe d’égalité, mais individuel dans sa réalisation et sa mesure, conduit à considérer le parcours de chaque élève dans sa continuité et sa cohérence, de la maternelle à la troisième dans le cadre du réseau.

Par ailleurs, les réseaux constituent le cadre privilégié de la mise en œuvre du plan Espoir Banlieues, le périmètre retenu, celui des quartiers “ANRU”, recoupant très largement celui de l’éducation prioritaire.

Dès la rentrée 2008, la généralisation de l’accompagnement éducatif sera effective dans toutes les écoles élémentaires de l’éducation prioritaire.

De plus, 30 sites d’excellence seront créés. Ces lycées accueilleront soit une section internationale, soit des filières d’excellence artistiques et culturelles ou, s’agissant des lycées professionnels, seront rapidement transformés en lycée des métiers. Enfin, l’expérimentation de déplacements de classes de cours moyens, d’une école à une autre pour y favoriser la mixité sociale, sera réalisée dans 50 sites. Ils seront choisis par les IA-DSDEN en concertation avec les collectivités locales.

Pendant l’année scolaire 2008-2009, les réseaux d’éducation prioritaire engageront la création de banques de stages visant à donner une plus grande équité d’accès aux élèves les plus défavorisés, en classe de 3ème comme dans les filières professionnelles. Ces banques, qui seront opérationnelles à la rentrée 2009, s’appuieront sur les propositions des organisations patronales et professionnelles territoriales.

L’éducation prioritaire accueille parfois des collèges dégradés, de plus en plus évités par les familles. Ces établissements seront identifiés en accord avec les acteurs locaux et les équipes scolaires pour envisager à la fin de l’année 2008-2009, leur destruction puis leur éventuelle reconstruction, toutes deux intégrées dans le programme national de rénovation urbaine.

Autres articles de la rubrique La réforme Robien de 2006

  • La nouvelle carte de l’éducation prioritaire
    Le SNES continue de dénoncer une « relance » qui n’en porte que le nom puisqu’elle consiste à rayer purement et simplement de la carte des Zep des centaines d’établissements. Dans le droit fil de la... Lire la suite (Mai 2008)
  • Des critères très contestables
    Les critères qui ont présidé au classement en RAR n’avaient visiblement pas vocation à déterminer quels établissements sont confrontés à des difficultés scolaires et sociales importantes. Lors de la «... Lire la suite (Mai 2008)
  • La nouvelle organisation des réseaux
    La réforme opére une distinction entre les Réseaux Ambition Réussite (RAR) et les Réseaux de Réussite Scolaire (RRS), « fédérés autour d’un même projet ». Un réseau regroupe un collège pivot et l’ensemble... Lire la suite (Mai 2008)
  • Les nouveaux personnels de l’éducation prioritaire
    La mise en place des RAR à la rentrée 2006 s’est accompagnée de la création de nouveaux types de personnels recrutés localement, sur profil. Qu’il s’agisse d’enseignants ou d’assistants pédagogiques, ils... Lire la suite (Mai 2008)
  • Le lieu de toutes les dérives
    l’enjeu principal de la réforme de 2006 n’est pas de répondre aux besoins des élèves scolarisés dans les établissements Zep, mais d’expérimenter de nouveaux modes de gestion des personnels et de faire... Lire la suite (Mai 2008)