Actualité théâtrale

à l’Aktéon Théâtre

"L’Échange" Jusqu’au 22 mars

Un jeune couple Louis Laine, amérindien et sa jeune femme Marthe, une paysanne qu’il a séduite et épousée lors de son séjour en France, vivent dans la pauvreté sur la rive américaine de l’Océan, où il l’a entraînée. Ils font la connaissance de voisins, Thomas Pollock, un homme d’affaire et sa compagne, Lechy Elbernon, une actrice sûre de sa capacité de séduction. Marthe se croit sans qualité, regrette de n’être ni belle ni intelligente, mais en fait elle est profonde, courageuse, fidèle et elle aime passionnément Louis. Lui se sent prisonnier de cet amour et est ébloui par la belle et riche Lechy. Thomas Pollock souhaite acheter ce qu’il ne peut pas prendre. Les pièces de l’échange sont en place, sur fond de conflits entre désir de liberté et jalousie, fidélité et évasion, tentation de l’argent opposée aux valeurs morales.

La scène de L’Aktéon est petite. Dans la mise en scène de Ulysse de Gregorio, recouverte d’une toile froissée beige, elle parvient à nous faire ressentir la nature vaste et désertique qui enferme les personnages comme dans un étau. Marthe, portant une robe fleurie modeste, cueille des fleurs. Margaux Lecolier impose tout de suite la grâce simple et la sincérité du personnage. Son amour pour Louis Laine est porté par des gestes tendres, mais elle est aussi capable de force pour dire sa jalousie, sa révolte contre l’injustice qui lui est faite. Son interprétation est fine et juste. Julie Danlebac, grande, élégante vêtue de blanc en ange de la tentation, puis de noir en furie destructrice, apporte beaucoup de passion au personnage de Lechy Elbernon. Face à Marthe, très terrienne, Paul Enjalbert donne à Louis Laine la légèreté d’un homme qui fuit la réalité dans le rêve et se laisse emporter par ses désirs et Bruno Sultan sait faire évoluer le personnage, plus complexe qu’il n’y paraît, de Thomas Pollock. La pièce de Claudel n’est pas seulement une histoire d’hommes et de femmes en proie aux tentations et au doute, il y a bien sûr la langue poétique et lyrique de Claudel et les quatre acteurs nous la font entendre avec un calme, une passion retenue qui emporte l’adhésion.

Micheline Rousselet

Théâtre l’Aktéon
11 rue du Général Blaise, 75011 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 38 74 62

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)