Actualité théâtrale

Au Théâtre de la Boutonnière, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 6 avril

"Josefa" Création du Collectif du Théâtre de la Boutonnière. Mise en scène d’Habib Naghmouchin.

Il faut un jour ou l’autre faire un détour par ce tout petit théâtre niché au fond de la cour d’un immeuble du 11ème arrondissement. Le dépaysement est assuré, le charme, la qualité de l’accueil bon enfant. Cette cour, au milieu des plantes vertes, favorise l’échange et très vite les conversations s’entremêlent…

Cette fois-ci, le spectacle est court (1 heure). Le plateau est quasiment vide et ce que le directeur de la Compagnie du Théâtre de la Boutonnière nous donne à voir est le résultat d’un travail d’improvisations autour du thème du théâtre, de sa diversité et des questions qu’il pose jusqu’à celle, formulée en ces termes : et que serait le théâtre s’il n’existait pas ?

Émilie est une apprentie comédienne fraîchement débarquée à Paris. Elle a de belles jambes, de beaux cheveux, une belle poitrine. Elle sait imiter toutes sortes d’accents étrangers. Elle sait bafouiller, bouger, danser. C’est bien, mais quoi faire de tout ce matériau qu’elle nous livre en vrac.

Le théâtre, c’est raconter des histoires. Raconter pour la énième fois, comme s’il s’agissait de la première, les histoires de Shakespeare, de Musset ou de Molière.

Passage obligé par les classiques, par l’expression du corps, par la danse qu’elle soit lascive, aguicheuse ou flamenco.

Émilie répond à la demande se son professeur de théâtre et très vite devient une partenaire de grand talent. Et puis, soudain, elle a envie de proposer autre chose et la voilà qui se lance dans le portrait haut en couleurs de sa grand-mère espagnole, Josefa au moment où celle-ci s’installe dans la voiture qui va la conduire en vacances dans son pays.

Le spectacle, tel qu’il se présentait le jour de la première, était un peu inégal, alternant des moments fulgurants à d’autres où tout se chaussait de gros sabots.

Mais ce qui pouvait, à mi spectacle, apparaître décousu, finissait par se rassembler et par nous donner sa tonalité originale, sa force créative et peut-être bien, son audace.

A noter les interventions foldingues mais d’autant plus drôles qu’elles sont inattendues de la jeune personne à la régie.

Voilà une occasion idéale pour découvrir le Théâtre de la Boutonnière.

Francis Dubois

Théâtre de la Boutonnière 25 rue Popincourt 75 011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 55 05 32

theatre@laboutonniere.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)