Actualité théâtrale

Jusqu’au 12 mars au Théâtre du Rond-Point

« Interview »

Voici un autre regard -pas contradictoire - sur la pièce "interview", déjà critiquée ici : « Interview » :

Réussie, une interview peut faire sortir des moments de vérité qui marquent celui qui l’écoute, et elle peut être un intéressant objet théâtral puisqu’elle est toujours dialogue. C’est ce qu’a pensé Nicolas Truong. Pour Interview il a fait parler des interviewers connus, Edgar Morin et Jean Rouch, Jean Hatzfeld, Florence Aubenas, Claudine Nougaret et Raymond Depardon. Pour Edgar Morin, par exemple, un entretien réussi est celui où l’interrogateur parvient à créer chez la personne interrogée le duende, ce moment où le danseur de flamenco sort de lui-même, comme possédé. Florence Aubenas dit que les meilleurs interviewers sont les enfants, car eux posent les questions pour obtenir une réponse ! Elle dévoile aussi clairement le travail de casting que font les journalistes pour choisir qui parlera dans les banlieues en pleine émeute ! Nicolas Truong reprend quelques extraits d’interviews célèbres comme celle de Marguerite Duras dans l’émission de Bernard Pivot, mais l’essentiel est dans la parole des interviewers. Une interview réussie peut passer par l’acceptation de silences qui parfois ouvrent la voie à des moments de vérité inattendus. La réussite peut naître de la complicité mais aussi parfois de l’agressivité de l’interviewé. C’est la petite alchimie des rencontres qui est à l’œuvre.

Théâtre : Interview

Pour porter la parole des interrogateurs et de ceux qu’ils interrogent, Nicolas Truong a choisi deux de ses complices favoris, ses collaborateurs artistiques ainsi qu’il les définit, Judith Henry et Nicolas Bouchaud. Tour à tour interviewer et interviewé, ils transposent ces entretiens mythiques, qui deviennent des moments drôles, vivants où les hommes et les femmes se dévoilent. Face à nous ou dialoguant, ils expriment la surprise ou la réflexion. Brusquement l’indicatif d’Apostrophes nous ramène aux grands entretiens de Bernard Pivot. C’est sur fond d’écrans dévoilant des images de La vie moderne et de Les habitants que Judith Henry porte la parole de Claudine Nougaret définissant son travail avec Raymond Depardon comme celui « d’anti-interviewer » !

Interview nous fait traverser les pays et les époques, de la France des années 50 à celle d’aujourd’hui, du Rwanda à la Yougoslavie. Il nous fait surtout sortir de la parole banalisée, du bavardage qui emplit radios et télévisions et rappelle qu’il faut du temps pour permettre à la pensée de devenir parole. Un spectacle intelligent et réjouissant porté par deux acteurs avec qui on se sent en parfaite empathie.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 15h30. Relâche les lundis

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)