Archives 2002-2005

Intervention du SNES au CSE Le Conseil Supérieur de l’Education s’est réuni le jeudi 8 décembre

Catherine REMERMIER

La profession des conseillers d’orientation-psychologues et directeurs de CIO que je représente au CSE a été particulièrement choquée par l’annonce du Premier ministre de création d’un service public de l’orientation.
Ce service public existe déjà dans l’Education nationale. Il comporte 4200 personnels.

Nous prenons acte de votre volonté de dialogue et nous voulons souligner ici son urgence car il nous semble qu’encore une fois, comme en 2003, on amalgame différents services qui n’ont ni les mêmes missions, ni les mêmes publics. Nous craignons que des mesures soient prises avec précipitation, sans réelle prise en compte de la réalité du terrain.

S’il est indispensable d’articuler les différentes structures et les différents dispositifs, il importe également d’affirmer leur spécificité. Faute de quoi, on accroîtra la confusion qu’on prétend supprimer.

Nous sommes ici dans un conseil de l’Education nationale et les personnels attendent de leur ministre qu’il affirme la spécificité de l’action des CO-Psy et DCIO :

Ø spécificité de mission que doit s’exercer en amont pour prévenir les décrochages, inscrire l’orientation dans une démarche éducative, aider à la construction de parcours de réussite

Ø spécificité du public qui doit rester le public en formation initiale prioritairement

Ø spécificité de formation et de qualification.

Certes, il faut mieux répondre aux attentes des lycéens et collégiens et de leur famille en matière d’orientation. Chacun sait que l’information ne suffit pas et qu’un accompagnement individualisé est nécessaire.

Comment expliquez-vous, Monsieur le Ministre, la chute vertigineuse des postes de CO-Psy qui ont actuellement en charge 1500 élèves et 18 000 étudiants.
La division des recrutements par 2, l’asphyxie financière des CIO et d’ici 2008, le non remplacement de 2 CO-Psy sur 3 ?

Le marché de l’information et de l’orientation est très convoité. Il y a beaucoup de monde sur le créneau et à des prix très lucratifs !

Si l’on veut réellement améliorer la réponse aux besoins, il faut réaffirmer fortement la place, le rôle et la spécificité du service public d’orientation de l’Education nationale.

Nous attendons une réponse rapide à notre demande de rencontre avant que de nouvelles annonces ne soient faites et que nous ne les apprenions encore une fois par la presse.

Autres articles de la rubrique Archives 2002-2005