US 670 du 28 août 2008

Histoire des arts et lettres : le passage en force !

HISTOIRE DES ARTS

Sans consultation préalable et alors que le
principe d’un enseignement obligatoire d’histoire
des arts n’a jamais été débattu nulle
part, les représentants des personnels au
Conseil supérieur de l’éducation ont découvert
fin juin un programme d’histoire des
arts allant du primaire aux trois voies du
lycée.

Le SNES avait pourtant alerté et demandé
une consultation, notamment à travers une
pétition remise au ministre et qui a recueilli
plus de 5 000 signatures.

Le projet de texte a été repoussé très majoritairement
par le CSE du 3 juillet.Vingt-deux
organisations ont rédigé un communiqué de
presse demandant au ministre de ne pas
publier ce programme (voir site du SNES,
rubrique « nos métiers - nos pratiques. »)
Parallèlement, les programmes d’éducation
musicale, d’arts plastiques et d’histoire qui
viennent d’être revus ne sont pas conçus
pour permettre qu’« un quart des programmes
d’histoire et la moitié des programmes
d’éducation musicale et d’arts plastiques
 » soient dévolus à l’enseignement de l’histoire des arts.

À suivre...Consultez le dossier spécial histoire
des arts sur le site du SNES :
http://www.snes.edu/spip.php?rubrique3893

LETTRES

On connaît désormais le feuilleton invraisemblable
ayant abouti à l’élaboration de
nouveaux programmes de français pour le
collège, rédigés en catimini tout en mettant
à l’écart la profession et les représentants
des personnels.Après un premier projet, soumis
à une consultation éclair, nous avons vu surgir deux jours avant la commission spécialisée
un autre projet, largement réécrit et
proposant une version encore plus désastreuse
de ces programmes. Dans un laps de
temps aussi court, difficile d’imaginer que
l’avis des collègues ait pu être pris en compte !
En nous appuyant sur la consultation organisée
par le groupe lettres du SNES, nous
avons rédigé avec d’autres syndicats et associations
de spécialistes un texte commun que
nous avons présenté au CSE. (Voir site du
SNES, rubrique « nos métiers, nos pratiques »).
Un communiqué de presse commun a ensuite
été rédigé en juillet pour demander au
ministre de renoncer à la publication de programmes
ayant fait l’objet d’un rejet massif au
CSE par 41 voix contre et seulement 11 pour
(PEEP, SNALC, CGC, parents du privé...).

LA BATAILLE SE POURSUIT ...

Sur ces deux questions, Xavier Darcos a choisi
de passer en force, sans écouter l’avis pourtant
très largement majoritaire de ceux qui lui
demandent de renoncer à ces programmes
dont la mise en application est prévue pour
la rentrée 2009 (2008 pour l’histoire des arts
en primaire), et a fait publier ces programmes
au Journal officiel (parution au BO fin août). Ils
sont actuellement en ligne sur le site Eduscol :
http://eduscol.education.fr/D0082/accueil.
htm
.

Nous avons toute l’année pour agir et formuler
nos propositions. La bataille ne fait
donc que commencer et le SNES entend bien
la mener vigoureusement : les programmes
scolaires sont au coeur d’enjeux extrêmement
sérieux, qui engagent les personnels,
les élèves et la société tout entière pour de
nombreuses années.

Sandrine Charrier
Valérie Sultan
contenus@snes.edu

Autres articles de la rubrique US 670 du 28 août 2008