Articles US 2011-2012

Fusion SES-PFEG en Seconde : Refuser une fausse solution (US mag suppl au 720 du 26/4/12)

La circulaire de rentrée 2012 parue en avril dernier rend possible dans les établissements la fusion des deux enseignements exploratoires PFEG et SES en Seconde au sein d’un même enseignement d’exploration, dans le cadre d’une expérimentation.

Par une telle fusion, le ministère a visé deux objectifs : poursuivre le mouvement de dénaturation des séries technologiques tertiaire et économique et sociale, accompagner le mouvement des suppressions de postes. La réforme des lycées a porté de rudes coups aux séries technologiques en termes de contenus plus généralistes et de réductions horaires, de la Seconde (passage d’IGC à PFEG) à la Terminale. Ce faisant, elle a rendu encore plus illisibles les spécificités propres à chaque série dans le cycle terminal.

Spécificité des formations

La redynamisation des flux impose de redonner de la lisibilité par un affichage clair des spécificités propres aux formations technologiques tertiaires et économique et sociale. Cette lisibilité doit se faire en terme d’offre sur deux enseignements d’exploration distincts mais aussi en terme de contenus. Les contenus de PFEG doivent retrouver une dimension technologique gage d’attractivité, ceux de SES une dimension macroéconomique et sociologique. Cela n’exclut pas l’ouverture permise par les concepts économiques abordés dans le cycle terminal selon une architecture propre aux deux séries.

C’est par une meilleure connaissance de l’identité de ces formations que nous combattrons auprès des élèves de fin de Troisième la perception d’une voie technologique « de relégation et d’échec », image fausse puisqu’elle est contredite par les chiffres en termes de réussite du plus grand nombre, de poursuite d’études et d’insertion. Nous devons continuer à démontrer que l’on peut arriver aux mêmes exigences intellectuelles par différentes voies et structures des séries.

Complémentarité des enseignements

Nous devons combattre l’idée d’une rivalité entre ces deux types de formation qui serait résolue par la fusion, mais au contraire défendre celle d’une différenciation, d’une complémentarité mise au service des élèves pour leur permettre des choix plus ouverts et éclairés en fin de Seconde.

Rien ne sera résolu par la fusion, bien au contraire ! Elle aura des répercussions aussi préjudiciables pour les professeurs d’économie- gestion que pour ceux de SES : elle facilitera la récupération d’heures par les établissements, la réduction du nombre de groupes avec des effectifs encore plus surchargés. Elle aura un impact sur les postes. Loin d’en « sauver », ce dispositif aidera à en supprimer. La perte de lisibilité induite par le processus de fusion accompagnera ce processus. En aval, les séries ES et STMG en seront fragilisées de même que la reconnaissance des enseignants au niveau de leurs qualifications propres obtenue par les concours de recrutement.

Pour toutes ces raisons, dans les établissements concernés, les collègues doivent se mobiliser en mettant en avant nos demandes, informer sur les dangers d’une telle fusion et voter contre sa mise en place dans les conseils d’administration qui doivent obligatoirement se prononcer.

Sylvie Obrero

(1) Principes fondamentaux de l’économie et de la gestion

Autres articles de la rubrique Articles US 2011-2012