2008

Français en BTS : avis de disparition

Quelle surprise en découvrant par hasard, en lisant les référentiels de certains BTS (analyse biologique, biotechnologie, électrotechnique), que l’épreuve de culture générale pour la session 2009 avait disparu.

Celle-ci ne sera plus évaluée que lors du rapport de stage, donc dans le cadre de la communication orale. Chacun mesure ici les régressions. Aucune évaluation de l’expression écrite n’est envisagée. Or chacun sait que nos étudiants de BTS sont loin de tous maîtriser l’expression écrite, facteur indéniable de réussite scolaire, professionnelle, sociale. Expression qui permet pourtant de faire passer tant à l’écrit qu’à l’oral le fruit de ses réflexions et de ses analyses. Et la maîtrise de la langue est aussi constitutive de savoirs, moteur de l’acquisition de connaissances. Disparaît également la notion de culture générale puisque l’épreuve n’existe plus en tant que telle et se confond avec la soutenance du rapport de stage, faisant du français une discipline complètement instrumentalisée, outil de communication dans le sens le plus restreint du terme, au service d’un exposé scientifique. Logique de « compétences de base ».

Ces référentiels sont aux antipodes de ce qu’exige le monde professionnel : un niveau de connaissances et de culture générale solide, condition, par ailleurs, indispensable pour poursuivre des études, comprendre le monde, préparer des évolutions professionnelles et exercer sa citoyenneté.

Ce nouveau dispositif s’accompagne de diminutions horaires et, ne nous leurrons pas en ces temps d’austérité budgétaire, en prépare certainement d’autres. Quel contenu d’enseignement va-t-on offrir à ces jeunes ? Quel manque d’ambition. Le SNES dénonce un tel mépris envers les personnels et les jeunes et entend bien intervenir pour obtenir le retour à l’épreuve « culture générale et expression » pour tous les étudiants, avec des horaires suffisants.

Marylène Cahouet

Autres articles de la rubrique 2008