Archives

Festival Dubillard au Théâtre du Rond-Point

Le théâtre du Rond Point propose dans ses trois salles, jusqu’au 3O avril 2OO4, un festival Roland DUBILLARD.

Le jardin aux betteraves
mise en scène Jean-Michel Ribes,
dans le cadre du festival Dubillard.
Photo Philippe Delacroix

Au total, sept pièces de cet auteur rare, dont l’essentiel de l’œuvre a été écrite entre 195O et 1975 mais qui n’a cessé d’être régulièrement monté par la suite : « Naïves hirondelles » repris à la Comédie Française au Vieux Colombier en 1994 ou « Diablogues » présenté à Bobigny en 1993.
Il était nécessaire que cet auteur atypique, à l’inspiration si personnelle, dont la constante de l’oeuvre porte sur l’efficacité magique du langage ordinaire, fasse ce retour en force à l’affiche. Né en 1923, il s’illustre au début des années 5O, comme acteur radiophonique dans « Grégoire et Amédée » qui connaît un grand succès sur France inter.
En 1961, il écrit « Naïves Hirondelles » jouée au Théâtre de Poche l’année suivante et saluée par André Roussin et Eugène Ionesco. Viennent ensuite « La maison d’os », « Le jardin aux betteraves » montée en 1969 par Roger Blin et « …Où boivent les vaches » montée avec la complicité des Renaud Barrault.
Il est comédien dans beaucoup de ses pièces, pour d’autres aussi (Arrabal, Obaldia, Labiche …) Il est traducteur de pièces anglaises et américaines.
Il marque de sa personnalité de nombreux personnages au cinéma. On le reconnaît chez Jean-Pierre Mocky (la grande lessive), Jacques Baratier (La ville bidon), Patrice Leconte (Les W.C. étaient fermés de l’intérieur), Robbe-Grillet (La belle Captive). En 1973, l’Académie du cinéma lui décerne un grand prix d’interprétation pour « Quelque part, quelqu’un » de Yannick Bellon.
A l’affiche, au Théâtre du Rond Point :
> Jusqu’au 6 Avril, Salle Renaud-Barrault : « LE JARDIN AUX BETTERAVES »
Mise en scène de Jean-Michel Ribes. Du mardi au vendredi à 2Oh 3O
Quatre personnages pris au piège dans une Maison de la Culture où ils sont invités pour interpréter un quatuor de Beethoven
Avec François Morel, Julie Depardieu, Yves Pignot
> Du 6 au 3O Avril, salle Jean Tardieu : « NAIVES HIRONDELLES »
Mise en scène de Vincent Debost. Du mardi au vendredi à 21 h (samedi à 17h3O et 21 h)
Fernand et Bertrand tiennent un commerce d’ « on ne sait quoi ». Madame Séverin, propriétaire de la boutique, modiste de son état et accessoirement mère nourricière de ces deux compères, complète le trio. Arrive Germaine…
> Du 7 au 3O Avril, Salle Topor : « LA BOITE A OUTILS »
Montage et mise en scène de Anne Bourgeois. Du mercredi au vendredi à 21h (dim. 15h3O)
C’est un long poème composé sur deux thèmes : le premier, celui des outils vus comme un mode d’expression, le second est la narration du voyage métaphorique d’un groupe de pèlerins dans un labyrinthe.
> Du 9 au 3O avril, salle Topor : « PATERNELLE II »
Mise en scène de Ariane Dubillard. Du mardi au samedi à 18h 3O (relâche le 27)
C’est un spectacle musical.
> Du 15 au 2O Avril, Salle Renaud- Barrault : « LA OU BOIVENT LES VACHES »
Mise en scène d’Eric Vigner. Du mardi au vendredi à 2O h 3O (relâche le dimanche et le 26/4)
Le sujet, c’est le doute d’un poète qui se rend compte que la gloire est truquée, truquée par le monde et par la culture, par sa mère, son fils, sa femme et toutes les académies. R. Dubillard

NE PAS OUBLIER : « LES SURPRISES DUBILLARD »
Après le délicieux « Si Camille me voyait » salle Topor, interprété avec fougue et humour par de jeunes comédiens, « Confession d’un fumeur de tabac français », …
« Le carnet en marge » salle Tardieu le 8 avril à 18h 3O Le théâtre du Rond Point propose dans ses trois salles, jusqu’au 3O avril 2OO4, un festival Roland DUBILLARD.
Au total, sept pièces de cet auteur rare, dont l’essentiel de l’œuvre a été écrite entre 195O et 1975 mais qui n’a cessé d’être régulièrement monté par la suite : « Naïves hirondelles » repris à la Comédie Française au Vieux Colombier en 1994 ou « Diablogues » présenté à Bobigny en 1993.
Il était nécessaire que cet auteur atypique, à l’inspiration si personnelle, dont la constante de l’oeuvre porte sur l’efficacité magique du langage ordinaire, fasse ce retour en force à l’affiche. Né en 1923, il s’illustre au début des années 5O, comme acteur radiophonique dans « Grégoire et Amédée » qui connaît un grand succès sur France inter.
En 1961, il écrit « Naïves Hirondelles » jouée au Théâtre de Poche l’année suivante et saluée par André Roussin et Eugène Ionesco. Viennent ensuite « La maison d’os », « Le jardin aux betteraves » montée en 1969 par Roger Blin et « …Où boivent les vaches » montée avec la complicité des Renaud Barrault.
Il est comédien dans beaucoup de ses pièces, pour d’autres aussi (Arrabal, Obaldia, Labiche …) Il est traducteur de pièces anglaises et américaines.
Il marque de sa personnalité de nombreux personnages au cinéma. On le reconnaît chez Jean-Pierre Mocky (la grande lessive), Jacques Baratier (La ville bidon), Patrice Leconte (Les W.C. étaient fermés de l’intérieur), Robbe-Grillet (La belle Captive). En 1973, l’Académie du cinéma lui décerne un grand prix d’interprétation pour « Quelque part, quelqu’un » de Yannick Bellon.
A l’affiche, au Théâtre du Rond Point :
> Jusqu’au 6 Avril, Salle Renaud-Barrault : « LE JARDIN AUX BETTERAVES »
Mise en scène de Jean-Michel Ribes. Du mardi au vendredi à 2Oh 3O
Quatre personnages pris au piège dans une Maison de la Culture où ils sont invités pour interpréter un quatuor de Beethoven
Avec François Morel, Julie Depardieu, Yves Pignot
> Du 6 au 3O Avril, salle Jean Tardieu : « NAIVES HIRONDELLES »
Mise en scène de Vincent Debost. Du mardi au vendredi à 21 h (samedi à 17h3O et 21 h)
Fernand et Bertrand tiennent un commerce d’ « on ne sait quoi ». Madame Séverin, propriétaire de la boutique, modiste de son état et accessoirement mère nourricière de ces deux compères, complète le trio. Arrive Germaine…
> Du 7 au 3O Avril, Salle Topor : « LA BOITE A OUTILS »
Montage et mise en scène de Anne Bourgeois. Du mercredi au vendredi à 21h (dim. 15h3O)
C’est un long poème composé sur deux thèmes : le premier, celui des outils vus comme un mode d’expression, le second est la narration du voyage métaphorique d’un groupe de pèlerins dans un labyrinthe.
> Du 9 au 3O avril, salle Topor : « PATERNELLE II »
Mise en scène de Ariane Dubillard. Du mardi au samedi à 18h 3O (relâche le 27)
C’est un spectacle musical.
> Du 15 au 2O Avril, Salle Renaud- Barrault : « LA OU BOIVENT LES VACHES »
Mise en scène d’Eric Vigner. Du mardi au vendredi à 2O h 3O (relâche le dimanche et le 26/4)
Le sujet, c’est le doute d’un poète qui se rend compte que la gloire est truquée, truquée par le monde et par la culture, par sa mère, son fils, sa femme et toutes les académies. R. Dubillard

NE PAS OUBLIER : « LES SURPRISES DUBILLARD »
Après le délicieux « Si Camille me voyait » salle Topor, interprété avec fougue et humour par de jeunes comédiens, « Confession d’un fumeur de tabac français », …
« Le carnet en marge » salle Tardieu le 8 avril à 18h 30
Francis Dubois - PL.
THEATRE DU ROND POINT, 2 bis Avenue Franklin Roosevelt 75OO8 PARIS = tarif réduit pour les syndiqués Snes (voir base Reduc’snes) = 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Archives