Enquêtes épreuves du baccalauréat

Evaluation des épreuves anticipées de L et ES en SVT, juin 2004

Evaluation des épreuves anticipées de L et ES en SVT, juin 2004

Sujets métropolitains
Commentaires réalisés le 2 juin au vu de réponses à l’enquête SNES le jour de l’épreuve et de commentaires du groupe SVT national.

Série ES

Thème obligatoire : communication nerveuse et drogue

Le sujet et les documents correspondent bien à l’esprit et aux objectifs du programme.
Les questions sont compréhensibles, sauf celle de connaissances « ...exposez les effets sur l’organisme d’une consommation régulière et prolongée d’une drogue » : faut-il traiter cette question au niveau neuro-cérébral (1 élève sur 15-20) ou seulement comportemental ? C’est la deuxième solution qui était demandée dans la correction, les élèves ne le savaient pas.
De plus, alors que les élèves doivent être formés à débattre de problème de société, la question de connaissances est en coupure par rapport à la première : la morphine est drogue alors qu’elle est anti douleur donc médicament dans le première question.

Thème au choix 1 : Une ressource indispensable : l’eau

Le sujet et les documents correspondent bien à l’esprit et aux objectifs du programme.
Les questions sont compréhensibles, celle de connaissances est strictement du cours.
Par contre, le thème de cette dernière (« expliquez les traitements successifs réalisés dans une station d’épuration et leurs effets ») est cependant tellement spécifique qu’il n’est pas certain que tous les élèves aient matière à réponse. Il est d’ailleurs remarquable que ce sujet ait été si peu pris.

Thème au choix 2 : place de l’Homme dans l’Evolution

Le sujet correspond au programme, mais la volonté de coller à l’actualité avec le crâne de Toumaï déborde des documents ayant été étudiés en classe. De plus, ce sujet est typiquement un « sous sujet de S », si critiqué dans le rapport des Inspections Générales, Place de l’enseignement des sciences de la Vie et de la Terre dans l’acquisition d’une culture scientifique par les élèves des 1ères L et ES, page 15. Or c’est bien parce que l’Inspection Générale mais des sujets de « sous S » que des professeurs ont, parfois, tendance à essayer de donner une formation scientifique un peu plus solide que le nécessaire. L’absence de texte scientifique à utiliser n’est pas conforme à l’esprit des sujets.
La question de connaissances est mal posée : « exposez les innovations génétiques survenues au cours de l’Evolution à l’origine de cette diversité » : cette question se limite-t-elle à la lignée humaine (logiquement) ou est-elle plus générale (aussi logique) ? De plus, étaient-ce les « innovations » ou plutôt les « mécanismes des innovations », complètement dans le programme ? C’est la première solution, mais les élèves ne le savaient pas !

Série L

SVT : alimentation et environnement. Le sujet correspondait à l’esprit et aux objectifs du programme. Seule la question 1 « expliquez en quoi la couverture des besoins nutritionnels est particulièrement importante à l’adolescence » n’était pas clairement identifiée dans le programme, sauf à y répondre par une banalité. Par contre, on continue à prendre les élèves de L pour des « demeurés », encore plus en Sciences Physiques. Si c’est la réponse de l’institution à l’insuffisance de l’horaire en L, ce n’est la réponse que les professeurs (et les élèves) attendent : il faut passer à deux heures-élève d’enseignement scientifique par semaine.

Conclusion

Si l’ensemble peut paraître assez bon au premier regard, on constate encore une fois que des questions, voire des sujets, posent problème. En particulier, peut-on s’en tenir au sens des programmes : débattre scientifiquement de problèmes de société.

Autres articles de la rubrique Enquêtes épreuves du baccalauréat