Communiqués de l’intersyndicale

Et si la délocalisation du CNDP était aussi une affaire… immobilière ? COMMUNIQUÉ DE PRESSE N°5 (13 février 2003)

Depuis un mois, les personnels du Centre national de documentation pédagogique sont en lutte contre la décision de délocalisation de leur établissement, prise par le CIADT du 13 décembre 2002.

Ils s’élèvent contre cette mesure dont ils dénoncent l’aspect arbitraire : rien dans ce transfert ne correspond à une perspective de développement pour le CNDP qui, centré sur les ressources pédagogiques, remplit des missions d’édition, de documentation et d’animation. Pour ce faire, il travaille au quotidien en étroite liaison avec les services du ministère de la jeunesse, de l’éducation et de la recherche ainsi qu’avec des éditeurs et partenaires tous situés en région parisienne. De plus cette décision est absurde, car le CNDP est à la tête d’un réseau parfaitement déconcentré, et de longue date, qui couvre tout le territoire national.

On peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles le lieu de destination de ce transfert a été fixé sans qu’aucune étude exploratoire ait été effectuée, ni aucun projet esquissé – le chargé de mission de Matignon n’a-t-il pas affirmé ouvertement qu’il n’a pas de projet ?

L’explication la plus plausible à court terme est sans doute de nature financière !
Nous venons d’apprendre que, de façon précipitée, la décision a été prise : l’adresse du siège social du CNDP devrait dès mars 2003 être sise à Arobase 4, Téléport 1, au Futuroscope. L’immeuble futuriste en question, qui coûtera à l’État la modique somme de 12,5 millions d’euros, offre une surface de 10 000 m2. Les 50 personnes qui devront y être installées dès la prochaine rentrée scolaire pourront y prendre leurs aises !

C’est qu’il y a urgence ! Cet immeuble est actuellement vide ; il avait bien été loué à différentes entreprises, mais les baux furent résiliés à l’annonce – quelque peu prématurée, vu la résistance que le projet soulève… – de la venue du CNDP. Construit par le conseil général, il est sur le point d’être acheté de manière précipitée par le ministère de l’éducation nationale, alors qu’aucune étude de faisabilité de ce transfert n’a été menée.

« Un nouveau cadeau fait à l’agglomération », a déclaré le 18 décembre Élisabeth Morin, présidente du conseil régional, à une réunion de la communauté d’agglomération de Poitiers. « Une aubaine pour la Vienne », lit-on sur le site que le Poitou-Charentes consacre aux nouvelles technologies1. Mais est-ce un cadeau ou une aubaine pour la nation ?

Autres articles de la rubrique Communiqués de l’intersyndicale