US Magazine 723 du 15 septembre 2012

Epreuves de langues vivantes au baccalauréat : Passons immédiatement à l’offensive

La réforme du lycée a entraîné de profonds bouleversements dans
la forme et le contenu des épreuves du baccalauréat, particulièrement
en langues vivantes étrangères et régionales.

Si nous saluons l’introduction d’épreuves orales dans toutes les
séries, la nature de celles-ci est inacceptable. Désormais, en ES, S,
STI2D, STD2A, STG, ST2S et STL, les élèves sont évalués en
compréhension et expression orales par leur propre enseignant pendant
l’année. Dans le même temps, l’horaire de cours reste inchangé,
2 heures hebdomadaires.

Une organisation dangereuse

On voit donc toutes les conséquences d’une telle organisation :
- menace sur l’égalité de tous les élèves devant l’examen avec risque de
multiplication de recours ;
- menace sur le diplôme qui perd son caractère unique et national ;
- surcharge de travail pour les professeurs ;
- désorganisation des cours dans les établissements lors de ces épreuves
internes.

Mais la liste des problèmes posés par cette nouvelle version du bac ne
s’arrête pas là. Pour la série L, seule à conserver des épreuves terminales,
il n’y a paradoxalement pas d’évaluation de la compréhension orale. Le
coefficient de la nouvelle épreuve de littérature en langue étrangère est
seulement 1 et le regroupement des épreuves orales obligatoires et
optionnelles est problématique à bien des égards.

Enfin, l’évaluation de ces nouvelles épreuves orales se fait grâce à des
grilles limitant l’échelle de notation (certaines notes ne pouvant être attribuées).

L’exaspération grandit chez les collègues de langue face aux horaires
insuffisants, aux stages hors temps scolaire, à la culture de l’évaluation
permanente, aux groupes de compétences, aux certifications, à la réforme
inacceptable du diplôme du bac.

C’est pourquoi nous appelons l’ensemble des collègues à signer la pétition,
mise en place avec l’APLV, pour des épreuves du baccalauréat terminales
et nationales, et à utiliser les outils proposés en ligne sur le site,
afin de mobiliser la profession et informer parents et lycéens :
www.snes.edu/Action-contre-les-modalites-du-Bac.html

Groupe langues vivantes : H. Bonnin,
T. Jamet-Madec, M. Rollin,
contenus.secretariat@snes.edu

Autres articles de la rubrique US Magazine 723 du 15 septembre 2012