US 703 du 22 décembre 2010

Enseignements d’exploration : interdit d’évaluer ?

Nouvel épisode de la mise en place de la réforme Chatel de la classe
de Seconde : certains IPR et chefs d’établissement cherchent à imposer
l’idée qu’il serait interdit d’évaluer les enseignements d’exploration.

Les motifs invoqués sont en général que la
note est vécue par les élèves comme une
sanction et qu’elle les dégoûterait de ces enseignements.
Faire venir les élèves en voie technologique,
en ES, en L ou en S nécessite de les
séduire en Seconde, les enseignements d’exploration
portent cette responsabilité. Ils se
doivent d’être ludiques et attirants.

L’article 4 de l’arrêté d’organisation de la classe
de Seconde (BO spécial n° 1 du 4 février 2010)
est ainsi rédigé : « Les enseignements d’exploration
visent à faire découvrir aux élèves des enseignements
caractéristiques des séries qu’ils seront
amenés à choisir à l’issue de la classe de seconde
générale et technologique, ainsi que les études
supérieures auxquelles ces séries peuvent conduire.
Leur suivi ne conditionne en rien l’accès à un parcours
particulier du cycle Terminal ».

Les programmes mentionnent en général la possibilité
d’évaluer, mais sans aucune cohérence
entre les divers enseignements d’exploration.
L’évaluation d’un enseignement est du ressort
de la liberté pédagogique. Si l’évaluation sommative est actuellement la règle générale, c’est
qu’elle permet aux élèves de situer le niveau de
leurs acquis, dans les enseignements communs
comme d’exploration. Imposer d’y renoncer
relève de l’abus : aucun texte ne le demande.
Comment interpréter ces consignes ? Horaires
et effectifs rendent les conditions d’enseignement
et d’études très difficiles, particulièrement
en SES, enseignements artistiques, PFEG
et enseignements technologiques. Les collègues
expriment un profond désarroi, dans
lequel s’engouffre la hiérarchie pour tenter de
mettre en place d’autres modes d’évaluation
(compétences), à l’aide d’arguments démagogiques
en direction des familles.

Pour le SNES, les enseignements d’exploration,
même s’ils ne sont pas déterminants pour
l’orientation, sont... des enseignements. À ce
titre, ils doivent bénéficier d’un contenu solide
et exigeant, d’un horaire suffisant (au moins
2 heures hebdomadaires pour les élèves) et
des conditions d’évaluation habituelles.

Valérie Sipahimalani

Autres articles de la rubrique US 703 du 22 décembre 2010