US 749 du 17 janvier 2015

Enseignement moral civique au collège et au lycée : ça commence par une parodie de consultation ...

La première consultation sur les nouveaux programmes concerne l’enseignement moral et civique. Les conditions de cette consultation sont inacceptables. Les contenus enseignés sont au coeur de notre activité professionnelle. Exigeons une consultation qui respecte notre professionnalité.

Alors que l’actualité met sur le devant de la scène le rôle de l’école dans l’accès de tous à une citoyenneté éclairée et vivante, la conception de cet enseignement est un enjeu considérable.

Les modalités de la consultation, imposées par le ministère, sont inacceptables : calendrier trop serré (du 5 janvier au 23 janvier) sans réelle volonté de communication auprès des personnels, renvoi de l’organisation aux académies et aux corps d’inspection, document de synthèse indigent http://eduscol.education.fr/consultations-2014-2015/events/programmes-denseignement-moral-et-civique, aucun cadrage national pour un débat sur les contenus eux-mêmes, refus ministériel (soutenu par le SNPDEN) de possibilité de temps banalisé pour un débat collectif dans les établissements, aucune indication sur les modalités de cet enseignement (qui l’enseigne ? à la place de quoi ? sur quel horaire ?). Une telle méthode augure bien mal de ce que sera la consultation sur l’ensemble des programmes du collège actuellement en cours de rédaction.

Par ailleurs, au détour de la page 13, on apprend que le conseil pédagogique jouerait un rôle central dans la détermination de la progression pédagogique de tous.

Le SNES-FSU condamne fermement cette volonté. Il appelle l’ensemble des collègues à s’emparer des projets de programme d’EMC, à débattre collectivement des contenus, à refuser le canevas de la consultation imposé par le ministère. Il appelle à affirmer clairement le refus de toute intervention du conseil pédagogique dans la détermination de la progression pédagogique de chaque enseignant, en envoyant un mail individuel ou collectif à emc-consultation-2014-2015@education.gouv.fr.

Sandrine Charrier

Le ministère doit l’entendre :
• une progression pédagogique décidée par le conseil pédagogique : c’est non !
• les consultations en catimini, non relayées sur le terrain, ne permettant aucun débat collectif et cadrées par un document ministériel peu pertinent, c’est non !

Autres articles de la rubrique US 749 du 17 janvier 2015

  • Rebelote !
    Comme si ça ne leur avait pas suffi... Déjà l’an dernier, le ministère avait tenté d’imposer à la hussarde une prérentrée des enseignants le 29 août 2014. Une mobilisation d’ampleur de la profession,... Lire la suite (Janvier 2015)
  • Dissection des souris : interdite !
    Après une certaine période de flou dans les académies, une note de la DGESCO en date du 28 nov. 2014 (www.recherche-animale.org/sites/default/files/note_sur_les_dissections.pdf), interdit... Lire la suite (Janvier 2015)
  • Série technologique de l’hôtellerie : mobilisation pour la formation
    Le ministère veut imposer sa réforme. Il a maintenu l’examen des textes au Conseil supérieur de l’éducation (CSE). Seule la poursuite de la mobilisation permettra d’obtenir une remise à plat du projet.... Lire la suite (Janvier 2015)