Articles US MAG

En progrès mais ... - US n° 721 du 2 juin 2012

Vincent Peillon l’a annoncé, à la rentrée prochaine, 2000 AED
seront recrutés. Le SNES-FSU ne peut que saluer cette mesure.

Nous nous alarmions depuis un certain temps déjà de la situation dramatique des AED dans les établissements.
En sous-effectif, ceux-ci ne pouvaient pas assurer un encadrement correct des élèves et encore moins effectuer leurs missions d’accompagnement éducatif et d’aide aux devoirs.
Ce sous-encadrement ne faisait qu’aggraver l’inégalité entre les élèves sans parler des risques quant à leur sécurité.
Néanmoins, cette mesure reste insuffisante au regard de la précarité des AED. En effet, ceux-ci sont recrutés au niveau baccalauréat et ne sont considérés qu’en catégorie C.
De plus, ceux qui exercent en ZEP ou ÉCLAIR ne perçoivent pas la prime afférente à ce type d’établissement alors même que l’ensemble des personnels en bénéficie.

... PEUT MIEUX FAIRE
Vient s’ajouter à cette situation difficile financièrement, la difficulté de concilier un volume hebdomadaire lourd (41 heures par semaine à temps plein) et la poursuite d’étude. Le crédit d’heures formation, insuffisant, est bien souvent difficile à obtenir auprès des chefs d’établissement qui doivent gérer des équipes réduites et des départs en cours d’années, souvent dus à des conditions de travail difficiles.
C’est pourquoi le SNES revendique la reconnaissance de la catégorie B pour les AED, l’ouverture de la prime ZEP à nos collègues, la gestion rectorale et un abaissement du volume horaire afin de permettre à nos collègues de pouvoir exercer sereinement leurs fonctions et de poursuivre leurs études dans de meilleures conditions.
Les AED, loin de n’avoir qu’un rôle d’encadrement auprès des élèves, contribuent à leur réussite scolaire.

Alizée Ostrowski, secteur AED

Autres articles de la rubrique Articles US MAG