Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Malgoska Szumowska (France-Pologne-Allemagne)

 "Elles" Sortie en salles le 25 janvier 2012

Anne travaille pour un grand journal féminin. Elle écrit un article de fond sur les étudiantes réduites à la prostitution pour payer leurs études.

Elle a choisi de baser son papier sur les témoignages de deux d’entre elles, Alicja, d’origine polonaise et Charlotte, une parisienne. L’une et l’autre se confient à elle tellement librement, qu’Anne s’en trouve par moments déstabilisée.

Certaines révélations des jeunes filles atteignent la journaliste au moment où celle-ci est prise de doutes à propos de l’éducation de ses enfants, de ce qu’est devenue, après des années de vie commune, sa relation avec son mari et plus généralement sur son rapport à ses proches et au monde qui l’entoure.

"Elles" dresse le portait au scalpel d’une femme ordinaire dont les activités professionnelles en vue masquent la banalité de la vie. Elle en est au point où, soudain, tout ce qui se passe autour d’elle l’interroge, où elle se sent particulièrement vulnérable, isolée de ce qu’elle croyait être des valeurs sûres.

Alicja et Charlotte, qui se prostituaient au départ pour payer leurs études, semblent toutes deux s’être piquées au jeu de l’argent facile et peut-être bien au plaisir qu’elles prennent et à celui qu’elles donnent à leurs clients.

Très vite, le film de Malgoska Szumowska s’écarte du sujet social pour entrer dans celui, vaste, de l’intimité des femmes.

Si les jeunes filles se prostituent pour avoir une existence matériellement plus facile, la journaliste accepte, elle aussi, pour avoir une vie aisée, beaucoup de compromis. En dehors de son activité professionnelle qui la contraint parfois à des nuits blanches, elle doit préparer un repas pour le patron de son mari, se montrer avenante, disponible, efficace et satisfaire les délais que lui impose son supérieur au journal.

La force du film est moins dans les sujets qu’il aborde que dans le traitement et une mise en scène qui s’attache aux comportements des personnages par le biais des détails les plus infimes : un échange de regards, le temps de fumer une cigarette que s’accorde la journaliste comme un moment volé au temps, le raidissement subit d’une attitude, un voile de lassitude sur un regard, un mouvement d’inquiétude, d’interrogation.

Anne aurait-elle manqué quelque chose de sa vie. Se serait-elle leurrée, contentée de faux semblants, d’allées et venues routinières.

Il y a dans les révélations des deux jeunes filles plusieurs points qui la dérangent et jettent le trouble sur son existence de femme. La liberté que l’une et l’autre revendiquent renvoie-t-elle Anne à son existence contenue d’épouse honorable qui a fini par ranger le plaisir physique au second plan. L’homme qu’elle a en face d’elle à table, passé par le prisme des révélations des jeunes filles, serait-il devenu sans qu’elle s’en rende compte un étranger ?

Malgoska Szumowska a eu la magnifique idée de confier le rôle d’Anne à Juliette Binoche, comédienne magistrale dont le jeu sensible, un jeu à fleur de peau, fait merveille. Il suffit d’un geste, d’un mouvement, d’une posture pour qu’elle habite son personnage, lui donne toute sa fragilité et toute sa force.

Anaïs Demoustier qui a de la simplicité dans l’arrogance a le plus beau sourire qui soit pour réparer une insolence, un mot lancé au hasard ou pas mais qui fait mouche…

"Elles" est un film intimiste et flamboyant.

 

Francis Dubois

 

 

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "1, 2, 3 Léon !"
    un programme Folimage constitué de quatre films d’animation Le studio Folimage existe depuis 1981. Cette entreprise installée à Valence (Drôme) s’est spécialisée dans la réalisation de films... Lire la suite (Février 2008)
  • "Brave Story"
    Réalisé par le studio Gonzo - qui avait produit "Origine", long métrage d’animation d’inspiration écologique – "Brave story" bénéficie d’une animation fluide mélant 2D et 3D et d’une grande attention... Lire la suite (Février 2008)
  • "Les faussaires"
    En abordant un chapitre peu connu de le seconde guerre mondiale, Stefan Ruzowitzky traite son thème privilégié : l’idéalisme déjà abordé dans "Tempo", "The inheritors" ou "Anatomie". Il réussit à éviter... Lire la suite (Février 2008)
  • « Les cinglés du cinéma »
    A Argenteuil démarre une manifestation qui fête cette année ses vingt ans « Les cinglés du cinéma ». En accompagnement de la foire qui permet aux collectionneurs de fouiner et chiner auprès d’exposants... Lire la suite (Janvier 2008)