Hommage

Elisabeth

Un adieu si pénible

Cette collègue généreuse aura vécu sa vie d’enseignante avec lucidité, sans passer son temps à se plaindre, sans chercher ni gloire ni querelle.

Cette camarade aura passé sa vie de militante à tenter de comprendre pour mieux rendre clair aux yeux des tiers ce qui se tramait là, derrière le visage des réformes.

Cette amie n’aura cessé de pacifier pour mieux partager, de rire pour mieux vivre, de blaguer pour mieux affronter la triste réalité de la banalité du mal.
Ce professeur de philosophie aura toujours tenté de penser avec d’autres comme pour faire écho à l’idée que ce qui fait école se lit dans le dialogue incessant avec celui qu’on invite à penser.

Cette grande dame aura écrit sa vie comme d’autres se contentent de la rêver : dans son corps de femme, son être sensible, son désir d’être reconnue aux yeux de ceux qu’elle aime, sans rien céder à la normalisation des vies, en donnant tout sans trop espérer en retour.

Cette grande sœur laissera un vide infini au cœur… de nos rencontres.

Brigitte Bellebeau