Evaluations

EPREUVES DE SVT BAC série S, juin 2004, métropole

EPREUVES DE SVT BAC série S, juin 2004, métropole

Analyse de l’épreuve par le groupe SVT du SNES
23 juin 2004

Synthèse faite à partir de réponses à l’enquête du SNES à l’issue des épreuves et de réflexions plus approfondies.

Partie I

La question est bien dans l’esprit du programme et ne pose apparemment pas de problème particulier. Certains élèves ont quand même des difficultés à cerner les limites du sujet (notamment, faut il faire intervenir l’axe hypothalamo-hypophysaire ?)

A noter quelques confusions sur le barèmage de la correction : sur 12 au départ.

Partie II exercice 1

La numérotation des documents est floue mais les élèves n’ont pas paru perturbé pendant l’épreuve. L’envoi du rectificatif n’était pas indispensable. Ou alors il aurait fallu aussi le faire pour la question II2.

Mais le problème est dans le changement de méthode : la question ne correspond pas à une analyse de documents au sens strict à l’aide de connaissances. Il s’agit de justifier un modèle (le document de référence) grâce à l’analyse d’un document. Cette nouveauté méthodologique a désarçonné plus d’un élève (qui ont commenté le modèle) ; de plus, il aurait été intellectuellement plus satisfaisant de réfuter un modèle, ou de choisir entre deux modèles, ou de rectifier un modèle proposé.

Partie II excercice 2 (tronc commun)

Une fois de plus, la qualité des documents laisse beaucoup à désirer (photos des roches et des minéraux) alors que durant l’année chacun fait le maximum pour fournir le meilleur !!! La crédibilité des sujets en est atteinte. Si la question ne pose pas de problème particulier, on constate encore la présence d’un document de référence. par ailleurs, cette question doit faire appel, normalement, aux connaissances (nous y étions opposés lors de la modification des questions). Or ici, elles sont pratiquement inutiles. Le document de référence aurait été un bon apport de connaissances.

Partie II exercice 2 (spécialité)

La question est classique, on pourrait penser qu’il n’y a aucun problème particulier.

Mais les documents posent problème :
- abondance de documents ; 1a et 1b sont considérés comme un seul document, il faut arrêter cette hypocrisie.
- pas de titre du document 1b, alors que c’est un des éléments exigés par tous les professeurs au long du cursus des élèves ;
- le document de référence (1b) aurait nécessité quelques précisions : les différents points correspondent à des latitudes, et le dernier est à ... La Barbade ... avec de la glace ;
- alors qu’il est demandé une certaine précision avec la recherche de la température du Dryas, le document 3-1 (Foraminifère) précise que l’eau de surface est soit .. chaude soit ..froide selon l’enroulement du test : quelle imprécision.

Conclusion

Si, sur le plan factuel, les sujets sont sans surprise, les innovations posent questions :
- notion de « document de référence » qui apparaît en trois endroits différents et avec trois significations différentes (IIa comme une hypothèse, IIb obligatoire comme illustration du terme subduction, IIb spé comme apport complémentaire d’information.
- terme de « modèle » qu’il faut valider. Par contre, le mot « problème », initialement prévu, a complètement disparu !

Autrement dit, une fois de plus on utilise les sujets de bac pour introduire un changement qui n’a pas été officialisé dans les textes, en exerçant une forte rétroaction à partir d’un examen. Le travail est effectivement largement décrit et accompagné. Mais si les élèves ont été formés autrement, ils risquent d’être perturbés.

Le groupe SVT du SNES

Autres articles de la rubrique Evaluations