Archives 2010

Des choix de société massivement rejetés ! Info rapide n°3 Novembre 2010

Le gouvernement, rigide, sourd et aveugle, a décidé de faire passer en force une politique de destruction des droits sociaux. D’abord la réforme des retraites, imposée sans aucune négociation, puis la réforme de la sécurité sociale qui comporte des mesures limitant encore l’accès aux soins y compris pour les maladies graves et durables (CLM et ALD).

Dans les semaines qui viennent le budget de l’Education nationale sera voté. Il concrétise le cynisme d’une politique qui affiche aide et parcours individualisés, augmentation du nombre de diplômés de l’enseigne-ment supérieur, mais organise dans les faits la mise en place d’une Education à deux vitesses, de plus en plus définie au niveau local , fonctionnant avec de moins en moins de personnels , aux missions élargies, notamment dans le domaine de l’aide à l’orientation, mais à la formation inexistante.

Le mouvement qui s’est construit depuis Septembre est exceptionnel par son ampleur, sa durée et son unité ; Il montre bien au-delà de la réforme des retraites un rejet des réformes portées par ce gouvernement, basées sur des choix iniques et allant dans le sens d’une destruction majeure du service public. Celui-ci, mis dans l’incapacité de remplir ses missions, les voit progressivement externalisées, confiées à des organismes privés ou associatifs pour lesquels les critères de qualité du travail et de service rendu aux usagers passent derrière les objectifs d’efficacité à court terme, de rentabilité ou de gestion de flux.

En sera-t-il de même dans l’orientation ?

La loi de Novembre 2009 prévoit la labellisation d’organismes, quel que soit leur statut, pour assurer des missions d’information et d’accompagnement de l’orientation. Les CIO sont concernés au même titre que Pôle Emploi, les Missions Locales, le CIDJ, les organismes régionaux ou liés aux fédérations professionnelles, les associations…. Le DIO a été chargé d’élaborer les critères de labellisation mais aucune concertation n’a été engagée avec les élus des personnels. Le SNES n’est pas prêt à payer à n’importe quel prix l’entrée dans le nouveau service d’orientation tout au long de la vie, dont l’intérêt pour les élèves et les parents est loin d’avoir été démontré !

Nouveau DIO : des orientations inquiétantes qui se confirment

Depuis l’audience dont le SNES a fait le compte rendu dans la dernière info rapide, le DIO s’est livré à plusieurs déclarations dans la presse ou lors de réunions publiques. Ses propos confirment une vision très réductrice de l’orientation dont il répète à l’envie qu’elle doit mieux tenir compte des débouchés et des besoins des entreprises et se faire toujours plus tôt. Lors de son audition par la commission des affaires culturelles du Sénat, le 13 Octobre, il a indiqué que sa mission consistait à mettre en place le service dématérialisé et la labellisation des organismes du champ de l’orientation. Il s’agit, a-t-il précisé, de « mettre en place une adresse unique pour tous les français, quel que soit leur âge, quel que soit leur statut, afin qu’ils trouvent toute l’information utile au choix d’une formation soit initiale soit continue. » En ce qui concerne la labellisation des structures, le délégué entend promouvoir, par le cahier des charges, le modèle de la cité des métiers de la Villette. Il affirme que, selon lui, il faut viser « l’adéquation entre la formation et l’insertion professionnelle ». Au diable les travaux des organismes qualifiés (CEREQ, DARES etc..) montrant l’inanité de cette entreprise adéquationniste ! Le DIO a déploré que « la formation sur les métiers des Cop se réduise à trois mois de stage, sinon ils sont psychologues » et déclaré qu’ils devraient « mieux connaître les débouchés professionnels ». « Le corps des Cop réagit comme s’il était cerné d’ennemis alors que la mission que j’ai reçue est de le dire « travaillons ensemble » par exemple en collaborant avec le Pôle Emploi. » C’est effectivement ce que nous avions compris !

D’ailleurs, les projets du DIO dans ce domaine concernent désormais aussi, en plus des enseignants du second degré, les professeurs des Ecoles qui doivent s’intéresser « davantage à ce qui se passe dans le monde de l’économie, de l’entreprise et en matière de débouchés profession-nels ». « Il faut faire entrer l’orientation beaucoup plus tôt dans la vie des jeunes. Il faut ainsi parler dès l’école primaire des métiers même si c’est un rêve. » A quand les comptines du Cac 40 et la lecture des récits des capitaines d’industrie dès le CE1 ?

En réponse à une sénatrice qui s’inquiétait de l’orientation dans l’enseignement agricole, le délégué a montré en quelle estime il tenait notre profession. Prenant comme exemple l’enseignement privé et l’enseignement agricole, il a fait observer que dans le premier « les parents, les professeurs et la communauté éducative contribuaient à inciter les jeunes à se forger un projet professionnel » et que le second, bien que « ne disposant pas de COP, se révèle assez efficace dans la formation des jeunes à leur futur métier » !

En revanche, le délégué a précisé qu’il n’était « pas toujours nécessaire de fusionner des structures existantes qui peuvent s’adresser efficacement à des publics aux besoins particuliers. Il ne s’agit pas de mettre au pas et d’uniformiser tous les dispositifs locaux mais de faire en sorte que l’action de tous les acteurs soit coordonnée et lisible pour les usagers. » Les interrogations de certains sénateurs montrent que cette orientation n’est pas forcément partagée et qu’un « décloisonnement entre le système scolaire et les partenaires socio-économiques est attendu ». C’est bien l’enjeu de la labellisation !

Le projet de décret sur la labellisation retoqué au CNFPTLV !

La première étape de la procédure de labellisation consistait en une présentation au Conseil National de la Formation Professionnelle Tout au Long de la Vie du projet de décret. Celui-ci, élaboré sans aucune concertation par le DIO, a été soumis au CNFPTLV le 20 Octobre. La FSU a formulé plusieurs critiques et proposé plusieurs amendements (Voir projet de décret et amendements :

http://www.snes.edu/Projet-decret-sur-la-labellisation.html)

- En effet le texte fait référence à un cahier des charges que les services intégrés dans le SPOTLV devraient s’engager à respecter. Mais le contenu de ce cahier des charges qui doit comprendre les critères de labellisation n’a pas été communiqué aux membres du CNFPTLV.

- A aucun moment le texte ne fait référence à la particularité de l’intervention de personnels fonctionnaires dont l’action est définie par rapport à des missions et à un statut. Or, sans texte de cadrage précis au niveau national, le système reposant sur l’établissement de conventions au niveau local risque de conduire à des dérives et des conflits.

- Tout va se jouer en effet au sein des Comités de Coordination Régionale de l’Emploi et de la Formation Professionnelle (CCREFP) réunissant tous les partenaires sociaux, les Régions, le Recteur, qui déterminera les organismes à labelliser et les proposera au préfet de Région. La FSU a déposé des amendements exigeant que le texte impose la concertation sur les projets de convention, avec les élus des personnels concernés, ce que le texte ne prévoit nullement.
Lors de la séance du 20 Octobre, plusieurs critiques ont été présentées par les membres du CNFPTLV dont certaines rejoignaient celles formulées par la FSU (cahier des charges par exemple). Le CNFPTLV a donc refusé de donner un avis sur le texte. Or, cet avis est obligatoire avant que le décret ne soit présenté au CSE puis au Conseil Supérieur de la Fonction Publique. Un nouveau projet doit donc être communiqué très rapidement.

Communiqué de presse FSU  :

Communiqués de presse FSU :Décret labellisation du Service Public « information et orientation pour tous » : pas de chèque en blanc !

En application de la loi sur l’orientation et la formation tout au long de la vie, un projet de décret de labellisation des organismes entrant dans le service public d’orientation tout au long de la vie a été présenté au CNPTLV (Conseil national de la formation tout au long de la vie) le 20 octobre.
La FSU a rappelé son opposition à la mise en place d’un service unique de l’orientation qui viserait à supprimer l’existence et la spécificité du service public d’orientation de l’Education Nationale. Elle (...)

Texte sur les missions : Consultation à renseigner d’urgence

Après communication aux organisations syndicales d’un texte issu des travaux du Groupe de Travail le 25 Juin, le MEN s’était engagé à une concertation avec les organisations syndicales, avant la présentation d’un nouveau texte réglementaire que le cabinet persiste à situer au niveau du décret. Le SNES a décidé de lancer une consultation sur le texte, renseignable directement en ligne pour les syndiqués :

http://www.snes.edu/Consultation-des-conseillers-d.html

et disponible sous forme papier :

http://www.snes.edu/IMG/pdf/consultation_version_papier.pdf

N’hésitez pas à nous faire parvenir vos réponses et vos commentaires.

CIO : L’action pour déjouer les manœuvres !

Depuis peu les départements semblent avoir pris la mesure des enjeux autour du service public d’orientation de l’EN. La mobilisation des collègues, partout où les menaces se sont faites plus précises, a provoqué des réactions aussi bien de notre hiérarchie que des Conseils Généraux.

En Seine-Saint-Denis, suite au combat très large de la fin de l’année dernière, avec les parents et les élus, le CG a finalement demandé une reprise progressive par l’Etat des CIO départementaux.

Dans le Nord, suite à l’action résolue de nos collègues le 4 Octobre, une rencontre a pu avoir lieu avec les élus dont M. Aubry et R. Boquet. La Maire de Lille a affiché son soutien aux CIO et demandé au Conseil Général de revoir sa position

Dans le Tarn, devant le refus du Conseil Général de ne plus payer les frais de déplacements depuis janvier 2010 des collègues affectés en CIO départementaux et la mise en place de budgets de CIO ridiculement faibles, le Recteur a écrit à la Préfète du Tarn pour lui demander de rappeler au Conseil Général ses obligations. Il est clair que l’action des co-psy du mois de juin et nos différentes interpellations au recteur y sont pour beaucoup.

D’autres départements semblent davantage en difficulté (Seine-Maritime, Cher…), certains d’ailleurs, comme en Saône-et-Loire, à cause d’une position extrémiste du rectorat.

Ces éléments montrent à l’évidence que les choses peuvent encore bouger si nous savons créer un rapport de force favorable. Il faut s’y employer sur des bases claires et dans l’unité.

L’intersyndicale Co-psy et DCIO appelle à l’action le 8 Décembre

L’intersyndicale Co-Psy et DCIO s’est réunie le 4 Novembre. Devant la gravité de la situation à laquelle les CIO ont à faire face, en particulier à Dijon, et les menaces de suppression de financement des CIO départementaux dès Janvier dans plusieurs départements, l’intersyn-dicale a décidé d’appeler les collègues à faire du Mercredi 8 Décembre une journée de mobilisation pour la défense du service public d’orientation de l’Education nationale, en organisant des regroupements inter-académiques sur quatre pôles particulièrement touchés, Dijon, Rouen, Toulouse et Lille.

Il s’agit de permettre une meilleure sensibilisation de l’ensemble des collègues, d’alerter l’opinion et d’apporter le soutien de l’ensemble des académies à ceux qui sont en première ligne, car nous sommes tous concernés !

Cette action sera une étape vers la préparation d’un rassemblement national à Paris en Janvier.

Le SNES fera parvenir très rapidement des éléments d’organisation concrète pour le 8 Décembre.

Un communiqué commun est en préparation.

Nous avons la grande tristesse de vous annoncer le décès de notre collègue Gisèle Tavel. Nous étions très nombreux à lui dire un dernier au revoir le Mardi 2 Novembre à Grenoble. Sa disparition crée un grand vide humain et militant.
Gisèle adhère au SNES en entrant dans le métier de conseillère d’orientation-psychologue parce qu’elle ne peut séparer, naturellement, l’exercice de son métier d’une réflexion et d’une action collectives pour l’amélioration du service public d’orientation. En cohérence avec cette conviction, elle accepte de prendre des responsabilités syndicales et c’est ainsi qu’elle assumera pendant de nombreuses années la responsabilité de la catégorie des conseillers d’orientation-psychologues pour l’académie de Grenoble ainsi que la participation au collectif national. Elle accomplit ce travail avec rigueur et précision, assurant le relais entre le national et l’académique, en animant le collectif académique de Grenoble des Co-psy et DCIO à travers des réunions qu’elle savait aussi rendre conviviales.
Nous poursuivrons le travail qu’elle a accompli et nous sommes persuadés que les valeurs qu’elle défendait seront transmises aux plus jeunes, au moment où les menaces les plus lourdes planent sur l’existence même des services d’orientation de l’Education nationale.
Ce deuil cruel, inattendu, nous affecte profondément : nous perdons une militante et une amie.

Autres articles de la rubrique Archives 2010