Actualité théâtrale

au théâtre de La Colline

"Déjà là" Jusqu’au 18 février

Une soirée arrosée entre amis. Ils sont quatre, ont tout juste dépassé la trentaine et se considèrent comme une « génération abîmée », ils sont perdus, bourrés de références intellectuelles, mais impuissants. Une scène résume bien la situation : un garçon fait les pieds au mur, tandis qu’une fille lui demande « Qu’est-ce que tu fais ? », il répond « Je réfléchis » et elle dit « Tu es sûr que tu es dans le bon sens ? » Le groupe se disloque avec le départ d’une fille puis d’un garçon qui part à sa recherche. Reste un couple, qui cherche à avancer à deux au milieu du chaos ambiant. Au petit matin, le groupe se reforme et cherche, peut-être, à faire face à l’avenir. « Ensemble, c’est vite dit, mais à faire ? »

Le projet a démarré avec une série d’entretiens, auprès de jeunes gens nés dans les années 70, sur des questions ouvertes du genre : qu’est-ce que le bonheur pour toi ? comment te débrouilles-tu avec la vie ? A partir de ces entretiens, Arnaud Michniak, l’auteur et Aurélia Guillet, la metteuse en scène ont lancé les acteurs dans des improvisations qui ont abouti à Déjà là. Le texte s’attache à une génération perdue entre les utopies défuntes de la génération précédente et l’angoisse d’un monde où ces jeunes gens n’arrivent pas à se situer. Ils ont envie d’agir mais ne sont pas prêts à s’engager, ils ont envie de collectif mais sont coincés dans un individualisme jouisseur, ils ont l’impression d’être lucides mais n’arrivent ni à se résigner ni à se révolter. Pour eux la politique est devenue un monde qui leur est étranger, elle les a trompés. Ils se disent vivants mais perdus, ils sont enfermés dans leurs amours leurs amitiés, ils savent à peu près à quoi ils s’opposent mais pas à quoi ils aspirent.

Á l’image du texte qui cherche à « utiliser les mots davantage pour révéler quelque chose que pour dire quelque chose », la mise en scène crée des situations un peu étranges où une certaine violence dans les rapports des personnages exprime leur difficulté à se situer les uns avec les autres, à penser leur situation. Alors qu’ils sont, comme ils le disent, bourrés de références, ils expriment une méfiance à l’égard du langage. Leur fragilité et leurs déséquilibres on les trouve dans leurs mots mais aussi dans les positions qu’ils adoptent, sur des chaises en équilibre, la tête en bas. Les éclairages subtils accompagnent cet « au bout de la nuit sans grand espoir ». Les quatre acteurs, Maud Hufnagel, Judith Morisseau, Laurent Papot et Hakim Moratif ont la violence et l’intensité de leurs personnages.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 21h, le mardi à 19h et le dimanche à 16h
Théâtre National de La Colline
15 rue Malte-Brun, 75020 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 62 52 52
www.colline.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)