Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jung et Laurent Boileau (France-Belgique)

"Couleur de peau : Miel" Sortie le 6 juin 2012

Jung compte parmi les 200 000 enfants coréens disséminés à travers le monde depuis la fin de la guerre de Corée.

Né en 1965, il est adopté par une famille belge en 1971.

La bande dessinée qu’il publie aux Editions Quadrants/Soleil qui a inspiré le film réalisé en collaboration avec Laurent Boileau, revient sur quelques moments clés de sa vie.

L’orphelinat, l’arrivée en Belgique dans sa nouvelle famille, les années d’une adolescence difficile ainsi que tous les événements qui l’ont amené à accepter ses mixités.

Le film aborde un panel de thèmes plus vaste comme le déracinement, la quête d’une identité, l’intégration, l’amour maternel ou les problèmes que pose une famille recomposée et métissée.

Réalisé dans un habile mélange d’images réelles et dessinées, entre présent et souvenirs, " Couleur de peau, miel" mêle poésie, humour et émotion.

 La séparation fait partie de l’histoire de la Corée. Il y a eu la partition entre la Corée du Nord et la Corée du Sud et, auparavant, l’occupation japonaise pendant trois décennies, la souffrance d’un peuple vivant avec la douleur de la rupture.

L’histoire de Jung est représentative de celle de la Corée. L’abandon, l’orphelinat, le déracinement, ces épreuves qu’il traverse avant de se retrouver au milieu d’une famille accueillante et aimante, peuvent s’assimiler aux épreuves qu’a connues le pays, à l’histoire collective d’un peuple divisé, séparé par une ligne de démarcation depuis 1953.

D’un point de vue dramaturgique, l’adoption est un élément perturbateur. Tout reste à faire. Les liens restent à tisser entre les enfants mais également entre les enfants et les parents. La place de chacun est à redéfinir, un nouvel équilibre doit être trouvé, tout comme dans une famille recomposée classique.

Afin de ne pas se limiter à la simple transcription cinématographique de la bande dessinée d’origine, Yung et Laurent Boileau ont intégré au récit dessiné une réflexion au présent du personnage, avec à certains moments du film, la participation physique et actuelle du personnage de Yung.

Animation (2D et 3D), dessins, prises de vue réelles, archives historiques et familiales composent le film et lui apportent un caractère narratif indéfinissable, parfois troublant, entre documentaire, récit miroir et film autobiographique.

C’est ainsi que pour une meilleure limpidité de la continuité, se greffent sur le récit au premier degré, des souvenirs de Jung, des séquences oniriques ou des réflexions intérieures du personnage, un choix de couleurs radical et une palette restreinte qui éclairent sur la dualité omniprésente dans le film : mère adoptive et biologique, Belgique et Corée, enfant et adulte.

L’ocre couleur de miel accompagne les séquences joyeuses tandis que le gris bleu est utilisé pour les moments de difficulté ou de tension.

Riche de ses particularités esthétiques, "Couleur de peau, miel" est un récit autobiographique qui explore des terres nouvelles.

 

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « A Ciambra »
    A quatorze ans, Pio est un garçon qui n’a pas froid aux yeux et il est déjà très au fait des choses de la vie. Prenant modèle sur ses aînés et pressé de grandir, il se comporte en adulte, fume, boit et... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Kiss and cry »
    A quinze ans, Sarah reprend un entraînement intensif de patinage sur glace au Club de Colmar où sa mère a emménagé pensant que sa fille y atteindrait un niveau tel qu’il lui ouvrirait les portes de... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les hommes d’argile »
    Sulayman est un jeune homme heureux. Il se contente de peu, vit en parfaite harmonie avec la faune et la flore de sa région. Il aime pétrir l’argile et faire naître de ses mains des objets et des... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Gauguin, voyage de Tahiti »
    En 1891, Gauguin décide de quitter sa famille aimée, ses compagnons peintres et de partir pour Tahiti où il imagine, selon une image idéalisée des îles, qu’une vie facile lui permettra de se consacrer... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Home »
    A sa sortie de prison, Kevin dix-sept ans, est recueilli par sa tante et son oncle. Ce placement en famille et un stage en plomberie devraient permettre un nouveau départ à cet adolescent bien... Lire la suite (Septembre 2017)