Budget et rentrée 2017

Conditions de rentrée 2017 : classes surchargées ! 50 000 élèves supplémentaires attendus à la rentrée 2017

Avec 50 000 élèves supplémentaires attendus à la rentrée 2017, le second degré a connu une nouvelle explosion de ses effectifs après l’augmentation de 43 000 de la rentrée précédente. Depuis 2009, les effectifs du second degré ont augmenté de 270 000, soit une croissance de 5%. (voir graphique 1 en document joint).

La hausse doit se concentrer sur deux niveaux,sixième et Terminale, et être globalement moins forte en 2018 avec 17 000 élèves supplémentaires.

En collège, la hausse prévue est de 26 000 élèves et les effectifs de sixième vont donc remonter (+ 18 500 élèves) sous les effets conjugués de la démographie (arrivée de la génération 2006 : 22 000 naissances supplémentaires en 2006 par rapport à 2005) ) et de la baisse des taux de redoublement en CM2 qui se poursuit.

En lycée général et technologique, la hausse attendue est de 30 500 et concentrée en Terminale ( + 36 000 élèves)

En lycée professionnel, la baisse des effectifs continuerait (- 6500). La démographie est une des causes mais la DEPP avance deux autres explications : l’orientation en hausse vers le LGT et les sorties en cours de formation.

Avec quels profs ?

Pour la rentrée 2017, 4 400 emplois d’enseignants sont créés dans le second degré public . Ils sont censés couvrir les besoins liés à l’augmentation à nouveau forte des effectifs d’élèves plus importante encore que celle de la rentrée 2016, financer la deuxième étape de la réforme du collège, améliorer la situation des lycées "concentrant le plus de difficultés", permettre l’ouverture de 500 nouvelles formations en lycée professionnel...

Les suppressions de postes d’enseignants entre 2007 et 2012 ont été sans commune mesure avec l’évolution des effectifs et le nombre de postes créés ensuite est resté très loin de combler l’écart.(voir graphique 2 en document joint)

La préparation de la rentrée 2017 dans les académies et les établissements a mis en évidence que les moyens nouveaux attribués permettront au mieux de maintenir les taux d’encadrement de la rentrée 2016 et les moyens supplémentaires accordés au nom de la réforme du collège vont être absorbés par la hausse des effectifs, en lycée les classes vont continuer d’exploser à plus de 35.

La rentrée s’annonce donc particulièrement difficile tant pour les conditions d’études des élèves que pour les conditions de travail des personnels. Rentrée difficile aussi parce que la crise du recrutement est toujours là et nombre de postes étaient vacants en juillet à l’issue du mouvement des titulaires.

Programmation nécessaire

Le nouveau ministre de l’éducation s’est peu exprimé pour l’instant sur la question des postes et des effectifs de classes .Par ailleurs, les annonces de l’été sur la préparation du budget 2018 ne sont pas de bonne augure pour la suite.

Le SNES continuera à se battre pour obtenir une programmation pluriannuelle des emplois et des recrutements et pour que les réformes pédagogiques ne soient pas l’instrument des économies.

Fabienne Bellin

Autres articles de la rubrique Budget et rentrée 2017

  • Revalorisation - Un premier pas insuffisant
    Les discussions pour la mise en œuvre dans l’Éducation nationale des conclusions issues du cycle Fonction publique « PPCR » se poursuivent autour des questions de l’accès à la classe exceptionnelle et... Lire la suite (Août 2016)
  • Les enjeux de la grève en lycée
    Poussée démographique insuffisamment prise en compte, nouveaux dispositifs contestables concernant le redoublement et les redoublants, aucune remise en cause des réformes Darcos-Chatel... Autant de... Lire la suite (Août 2016)
  • Programmes du collège - devoirs de vacances
    Le travail de titan que représentent l’appropriation et la mise en œuvre des nouveaux programmes sur les quatre niveaux à la rentrée constitue en soi une raison de faire grève le 8 septembre. Avec... Lire la suite (Août 2016)
  • Réforme du collège : résistance !
    PORTER NOTRE VISION DU MÉTIER Le gouvernement a imposé une réforme « systémique » contre l’avis des enseignants de second degré, déstablilisant à peu près toutes les composantes de nos métiers en même... Lire la suite (Août 2016)
  • Des conditions de rentrée toujours plus dégradées
    Depuis janvier et l’annonce des moyens attribués pour la prochaine rentrée, la ministre, très prompte pourtant à communiquer, est restée bien muette sur la traduction des choix budgétaires et... Lire la suite (Août 2016)