Nice

Compte-rendu de l’entrevue avec les inspecteurs EVS de Nice

Compte-rendu de la réunion avec les Inspecteurs Vie scolaire, Mme Hutin et M. Deleris le jeudi 30 mars 2006 ( durée 1h30)

Différents points ont été abordés :

Notre forte inquiétude face à la baisse des postes au concours.

Notre interrogation face à des documents émis dans d’autres académies sur l’utilisation des CDI (par exemple, la circulaire de Poitiers).

L’expérience menée à Paris sur l’intégration des heures de documentation dans la DGH.

Les suites du rapport Durpaire.

La formation continue.

La réadaptation et en particulier l’utilisation d’enseignants d’autres disciplines. Certes, ce n’est pas généralisé dans notre académie mais on rencontre un certain nombre de « faisant fonction », non certifiés en documentation. Ainsi, sur 15 TZR en documentation, 7 sont dans ce cas. Les risques de dérive existent et sont toujours à craindre.

Sur ce point, M. l’Inspecteur s’est montré très proche des positions du rapport Durpaire. Il considère qu’une ouverture du CDI en l’absence de l’enseignant documentaliste peut être envisageable à condition qu’elle se fasse sous le contrôle du professeur qui vient travailler avec sa classe . Par ailleurs, certains enseignants se retrouvent sans élèves, ne vaut-il pas mieux leur confier des tâches d’appui aux documentalistes que de les laisser inoccupés ? Dans la réalité, la plupart effectuent déjà ce genre de travail. Sur le plan de la réadaptation, les deux inspecteurs ont évoqué leur volonté de contrôler ce problème et ont rappelé que depuis cinq ans, la situation s’est améliorée.

Nous avons demandé, dans le cadre de la formation continue que soient prévus des stages avec des partenaires extérieurs, spécialisés dans le domaine de l’information- communication, éventuellement dans le cadre d’une journée académique. Cette demande répond à un réel souci de professionalisation du métier. Une forte demande existe également dans le domaine des TICE, beaucoup d’enseignants documentalistes se plaignant encore de carences dans le domaine technique. M. L’Inspecteur a pris note de ces demandes, indiquant qu’il était ouvert à toutes les suggestions, il a toutefois déploré l’importance des questions financières pour les intervenants dans la formation continue ! Il a ainsi rappelé que la documentation est la seule discipline où les animateurs de bassin soient rémunérés, citant l’exemple des CPE qui fonctionnent sur le bénévolat. Il a également regretté qu’un trop grand nombre d’heures soient consacrées à la formation initiale, un total trop important pour lui par rapport au nombre de stagiaires qui passent réellement le Capes.

Nous avons ensuite évoqué le problème des décharges et temps partiels non compensés car nous sommes dans une situation très critique dans notre académie, le nombre de TZR en documentation étant largement insuffisant. Une situation qui se peut que se dégrader, compte tenu du faible nombre d’entrants dans l’académie : 5 cette année contre 35 l’année dernière. Les deux IPR ont répondu qu’ils étaient sensibilisés à cette question.

En ce qui concerne les dispositions du décret d’août 2005 sur le remplacement des enseignants, l’IPR a répondu que la question de savoir si les documentalistes étaient soumis à ce protocole n’avait jamais été abordée. Le problème reste donc en suspens.

Sur le plan des inspections, l’IPR a indiqué qu’il ne pourrait faire face à toutes les demandes. En effet, avec le départ en retraite de Mme Hutin, il sera seul jusqu’à la fin de l’année. Il ne pourra donc faire plus de dix inspections cette année. La priorité sera donnée à ceux qui n’ont pas été inspectés depuis 1996 et années suivantes. Cette ligne sera suivie pour l’année 2006/2007, en essayant toutefois d’inclure, dans la mesure du possible, ceux qui sont promouvables. Avant l’inspection, M. Deleris souhaite qu’on lui fournisse un rapport d’activités. Il demande également aux enseignants de répondre à un questionnaire portant sur différents points, que nous n’avons pas eu le temps d’analyser. Aussi , avons-nous demandé un exemplaire de ce questionnaire.

Sur le logiciel BCDI 2006, nous avons parlé d’une logique marchande s’appuyant sur une “clientèle” captive qui n’a même le droit de connaître le logiciel avant son achat.
L’entretien s’est terminé sur ce point.

Marie Hélène Luigi, Miranda Boyer, Dominique Ollier.

Pour tout renseignement complémentaire S3 de Nice
264, boulevard de la Madeleine 06000 Nice

Tel : 04 97 11 81 50 Fax : 04 97 11 81 51

http://www.s3nic@snes.edu

Mél : s3nic@snes.edu

Autres articles de la rubrique Nice