Courriers et audiences à l’Inspection générale EVS

Compte-rendu de l’audience l’Inspection générale du 10/12/2008

Etaient présents Monsieur Legoff (Doyen Inspection Générale Etablissement et Vie Scolaire - IGEVS) et Monsieur Durpaire (IG EVS) ainsi que Dominique Chabant, Vassilia Margaria, Jean-Pierre Hennuyer et Claire Richet pour le groupe Documentation du SNES. A l’issue d’environ une heure d’entretien nous n’avons eu que des réponses imprécises à la majorité de nos questions. Messieurs Durpaire et Legoff n’y ont pas répondu ou seulement de manière évasive.

L’IGEVS n’avait aucune information à nous donner sur la réforme du lycée en cours et nous a avoué être en attente des nôtres. A la question « existe-t-il un groupe d’experts sur l’information-documentation, comme il en existe pour les autres disciplines ? », M. Legoff répond par la négative. Il affirme n’avoir aucune information non plus sur le devenir des TPE ou de l’ECJS. M. Durpaire nous apprend que l’IGEVS a lancé une étude en auto-saisine sur la continuité de l’enseignement à la culture informationnelle Lycée-Université.

Par ailleurs Monsieur Durpaire n’a pas été en mesure de faire le point clairement sur une question aussi cruciale pour l’avenir de notre profession que les reconversions en documentation. Nous avions demandé en mai dernier et dans notre courrier un bilan. Les seuls chiffres qui ont été avancés par l’IG sont loin de ceux qui parviennent des collectifs académiques : 100 demandes de changement de discipline sont remontées dans ses services en 5 ans. Nous leur avons dit l’ampleur des bricolages administratifs des DGHR sans que les IPR en soient systématiquement informés. Nos interlocuteurs ne les ont pas niés.

Tout au long de l’audience, M Durpaire a repris certaines idées de son rapport sur La politique documentaire d’établissement de 2004. Par petites touches, il a développé l’idée de sa mise en oeuvre avec du personnel satellite en aide au documentaliste manager d’un réseau documentaire, travaillant lui-même en collaboration avec le chef d’établissement dans le cadre du projet d’établissement. Au passage les petits établissements apprécieront ne plus être dignes de posséder un poste de professeur certifié en documentation...

Nous avons insisté sur le fait qu’il était évident qu’un recrutement à deux vitesses se généralisait. Celui, opaque, comme variable d’ajustement des départs massifs à la retraite non compensés par le nombre très restreint de postes au CAPES, sera hélas celui qui primera. Nous avons approuvé que le nouveau CAPES soit davantage ancré dans les sciences de l’information et de la documentation mais dénoncé le peu de candidats qui l’obtiendront pour renouveler la profession.

En conclusion, la question des affectations arbitraires en CDI, de la reconversion sans formation semble bien confiée aux « arbitrages rectoraux » avec des ajustements opaques des Directions de Ressources Humaines. Quant à l’éducation à l’information, notre Inspection Générale pense qu’elle trouvera « naturellement » sa place dans les trois heures d’accompagnement personnalisé prévues par la réforme du lycée de M. Darcos.

Le discours n’était décidément pas à la hauteur des enjeux éducatifs et sociaux de notre discipline et nous sommes sortis de cette entrevue vraiment inquiets quant à la défense de notre profession par notre Inspection.

Seule la mobilisation paiera pour faire entendre nos revendications.

Le Groupe Documentation du Snes, Secteur Contenus - décembre 2008


En fichier-joint, le compte-rendu complet.

Autres articles de la rubrique Courriers et audiences à l’Inspection générale EVS