Courriers et audiences au ministère

Compte rendu de l’audience au ministère du 13 janvier 2009

La délégation SNES (Nicole Sergent, secrétaire nationale, et trois membres du groupe documentation, Vassilia Margaria, Claire Richet et Jean-Pierre Hennuyer) a été reçue par MM. Jouve et Sherringham, membres du Cabinet.

Il a été annoncé que le décret pour notre rémunération et celle de nos collègues C.P.E. dans le cadre de l’accompagnement éducatif (AE) avait été signé par le ministère de l’Education Nationale et qu’il était parti à la signature du ministère du budget. Nous avons rappelé à nos interlocuteurs le retard, nos relances téléphoniques et par courriers et demandé si nous pouvions annoncer la parution du texte réglementaire ; on nous a répondu par l’affirmative. Nous avons expliqué que les collègues déjà engagés dans l’AE seraient lésés puisqu’ils auront été payés, jusqu’à parution du décret, à un taux inférieur à celui des autres enseignants. Un décret ne pouvant être rétroactif, M. Jouve a évoqué la possibilité d’un « mode d’emploi » qui accompagnerait sa publication, donnant des consignes pour pallier ce problème. Le décret est paru depuis cette audience : le Ministre n’a visiblement pas respecté son engagement, la rémunération n’étant porté qu’à 30 euros.

Nous avons rappelé que notre dernière entrevue au Cabinet sur la documentation remontait à décembre 2008 et commencé l’entretien par la question des postes aux CAPES 2009. Le Snes ne peut admettre un simple statu quo des recrutements. Les 192 postes proposés aux 3 concours sont à confronter à la réalité des départs en retraite dans notre discipline : 490 pour la rentrée 2010. Nous avons longuement évoqué l’importance des postes restés vacants cette année à l’issue des mouvements intra académiques (environ 250) et leurs conséquences désastreuses sur le terrain :

- Le recours cynique à des contractuels qui voient stagner leurs chances d’obtenir un poste de titulaire. Un recrutement de précaires de plus en plus contestable avec le recours grandissant aux petites annonces ANPE (ex : des vacataires à Bac + 2 sont affectés en CDI et sans que les inspecteurs ne fassent d’entretien préalable). Nous avons dit que nous avions dénoncé ces situations auprès de l’Inspection Générale Etablissement et Vie Scolaire (IGEVS)

- Des affectations autoritaires de Titulaires sur Zone de Remplacement (TZR) non certifiés en documentation, notamment à Lille qui bat tous les records avec 91 postes vacants. Nous avons rappelé que le SNES était hostile à ces pratiques et incitait les collègues à refuser.

- Des reconversions en documentation sans formation. Nous avons évoqué nos demandes restées sans réponses d’un bilan de ces pratiques par l’intermédiaire d’un courrier FADBEN / intersyndicale à la Direction Générale de Ressources Humaines (DGRH) en novembre 2007. Nous avons rapporté que l’IGEVS elle-même n’avait pas été en mesure de nous donner un bilan des plans de reconversion parfois mis en place. Les reconversions « positives » sont assez rares ; la plupart des collègues sont utilisés comme variable d’ajustement pour occuper les postes restés vacants.

M. Sherringham a souhaité connaître notre avis au sujet des nouvelles maquettes de CAPES. Nous avons répondu que le projet dont nous avions eu connaissance semblait ancrer davantage le concours de recrutement des enseignants documentalistes dans les sciences de l’information et de la documentation, ce dont nous ne pouvions que nous réjouir. Mais nous avons aussi dénoncé le peu de candidats qui l’obtiendront pour renouveler la profession.

Interrogés sur la réforme du lycée, la délégation Snes a clairement rappelé ses désaccords sur l’ancien projet tant au niveau de ses contenus, que du calendrier ou de l’insuffisance des concertations et renvoyé au communiqué de presse du Snes sur le "report de la réforme". Nous avons critiqué une proposition dans laquelle la seule place faite aux enseignants documentalistes était à trouver parmi les travaux interdisciplinaires prévus avec quatre autres items dans un module d’accompagnement éducatif. Nous avons rappelé que le Snes a des propositions plus ambitieuses pour la formation des élèves à l’information-documentation. Nous avons affirmé que cette problématique progressait dans l’opinion (étude de l’Unesco, rapport Assouline, colloque ERTé, manifeste de la FADBEN).

Nous avons aussi échangé sur les conditions d’exercice dans les CDI, rappelé le mécontentement de la profession, l’insatisfaction quotidienne quant à la non-revalorisation de son aspect pédagogique. Nous avons réitéré nos demandes d’un recrutement en certifiés documentalistes à la hauteur des besoins et notre revendication d’un corps statutaire de secrétaires de CDI pour permettre aux professeurs documentalistes d’exercer leurs missions dans de bonnes conditions. On nous a répondu que sa création n’était pas à l’ordre du jour mais que l’on pourrait avoir une réflexion sur des assistants d’éducation « à profil ». Nous avons rappelé qu’ils avaient existé un moment puis disparu (sous le statut d’emplois jeunes, notamment) et que les CDI avaient besoin d’un personnel qualifié et stable. Le recours aux personnels précaires – certains en très grande difficulté sociale, d’autres surdiplômés à bac + 4 ou 5 – n’est plus acceptable.

Nous avons aussi débattu de l’absence de perspective de carrière pour les certifiés documentalistes en l’absence d’agrégation, précisé que sa légitimité serait renforcée par le recrutement au niveau master et qu’elle allait de pair avec notre demande d’une inspection spécifique qui soit en capacité de promouvoir les missions pédagogiques des enseignants documentalistes. Nous avons rappelé le contentieux des certifiés en documentation qui n’ont aucune chance d’accéder à la liste d’aptitude des agrégés.

Nous avons réitéré notre demande d’un groupe de travail pour mettre à plat les problèmes de recrutement, les dérives constatées dans les académies et débattre des questions de formation initiale et continue, de validation des acquis de l’expérience. Le ministère a semblé ouvert à cette proposition. Nous avons tenu à préciser que si ce groupe de travail voyait le jour il devrait inclure une réflexion sur les missions des enseignants documentalistes et particulièrement sur l’élaboration d’Instructions pédagogiques officielles en information-documentation. La réflexion devra porter aussi sur l’articulation entre les missions pédagogiques des professeurs documentalistes et leurs problèmes statutaires. L’ensemble de ces questions relève à la fois des ressources humaines et de l’enseignement scolaire. Suite à une question de notre part, il nous a été précisé que l’association professionnelle trouverait sa place dans cette réflexion. Nous suivrons donc le dossier de la création de ce groupe de travail.

Groupe Documentation - Secteur Contenus du Snes (janvier 2009)

Autres articles de la rubrique Courriers et audiences au ministère