Archives 2007

Communiqué de presse intersyndical

COMMUNIQUE DE PRESSE INTERSYNDICAL

Services d’orientation de l’Education Nationale, en suspens

Plusieurs organisations syndicales, SNES (FSU), SNFOLC, SUD-Education, se sont engagées sur une plateforme commune pour défendre les services d’orientation de l’Education Nationale, qui, une nouvelle fois, comme en 2003, sont menacés.

Entretenant la confusion entre questions d’orientation et difficultés d’insertion professionnelle, élaboration d’un projet d’avenir au collège et dans l’enseignement supérieur, procédure d’affectation et processus d’orientation, le gouvernement cherche à faire passer une autre conception de l’orientation plus discriminante socialement et plus dépendante des besoins économiques régionaux.

Le Ministre n’a exclu, lors d’une audience, qu’il a accordée à l’intersyndicale le 28 février, aucune possibilité sur l’avenir des services. Le rapport du délégué interministériel pour l’orientation, attendu à la mi-mars sera déterminant.

Le Ministère de l’Education Nationale semble très soucieux de mieux prendre en compte les compétences des régions en développant les « bons partenariats » et les « bonnes pratiques » et insiste sur la responsabilité des régions pour l’information et l’orientation des élèves et des étudiants.
Ainsi l’information, voire le conseil pour l’orientation des élèves et des étudiants pourraient être confiés à des « partenaires » extérieurs ou à d’autres personnels que les conseillers d’orientation-psychologues dont par ailleurs on réduit les recrutements.

L’intersyndicale récuse la remise en cause de ce qui avait été obtenu après 2003 sur les compétences respectives des régions et de l’Etat et qui avait permis le maintien des missions des conseillers d’orientation-psychologues et des directeurs de CIO au sein du ministère de l’Education Nationale. Elle conteste la décision ministérielle d’engager, en dehors des organisations syndicales, une réflexion sur les missions qui sépare Orientation et Psychologie et clive ainsi le cœur de leur métier. Elle s’oppose au transfert d’une partie des missions des CO-Psy sur les enseignants comme le prévoit le texte du 21/12/06 sur les entretiens systématiques en 3ème et bientôt en 1ère.

Elle s’inquiète de la persistance du blocage des recrutements à 50 par an depuis 3 ans alors que les départs sont 5 fois supérieurs aux recrutements, et craint un risque de dilution de la spécificité des CIO dans des structures multi partenariales.

Elle appelle l’ensemble des personnels, CO-Psy et enseignants, à réagir pour défendre une conception de l’orientation éducative, progressive, gardant un caractère national, faisant la place au développement des élèves, ainsi qu’à leurs chances d’insertion à court comme à long terme.

Paris, le 6 mars 2007

Autres articles de la rubrique Archives 2007