23 février 2005-23 février 2006 : le combat pour l’Histoire continue

Comité de Vigilance face aux Usages publics de l’Histoire Manifeste du Comité dirigé par Gérard Noiriel, Michèle Riot-Sarcey, Nicola Offenstadt

Notre mouvement est né au printemps dernier d’un regroupement d’enseignants
et de chercheurs qui s’inquiètent de la façon dont l’histoire est
aujourd’hui utilisée dans l’espace public. D’une part, on constate de plus
en plus de dérives médiatiques concernant les interprétations du passé. Les
polémiques concernant l’esclavage, la colonisation, la Shoah ou
l’immigration prennent une tournure de plus en plus malsaine.
D’autre part, la loi du 23 février 2005 qui veut obliger les enseignants à
présenter les côtés "positifs" de la colonisation, montre les pressions
exercées par le pouvoir pour remettre en cause notre autonomie. Cette loi
illustre des problèmes plus vastes qui nous préoccupent depuis longtemps.
Par exemple, on constate que le fossé qui sépare la recherche historique "de
pointe" et l’enseignement de l’histoire ne cesse de se creuser. Par
ailleurs, le contenu des programmes respecte de moins en moins l’équilibre
entre les différents courants de la recherche historique.
La première initiative publique que va prendre notre comité de vigilance est
l’organisation d’un grand colloque à la Sorbonne le 4 mars 2006, où toutes
ces questions seront abordées. Nous invitons tous les collègues qui
s’inquiètent de ces dérives à rejoindre ce comité de vigilance et à
participer au colloque.

Gérard Noiriel

http://cvuh.free.fr
cvuh@free.fr

Autres articles de la rubrique 23 février 2005-23 février 2006 : le combat pour l’Histoire continue