Archives 2002-2005

19 novembre 2003

Colloque des 13 et 14 novembre Réflexions pour l’action

Dans la suite du mouvement du printemps dernier, la catégorie avait dès Juin pris la décision d’organiser un colloque pour réfléchir et échanger sur le métier avec nos partenaires dans la perspective du débat sur l’Ecole.

- L’orientation est effectivement très présente dans les questions soumises à la discussion (plus de 80 citations), mais elle est abordée d’une manière mécaniste, simpliste voire partiale qui ne correspond aucunement à la complexité du réel et peut même parfois déboucher sur les conclusions attendues.

- Les réflexions menées pendant ces deux jours n’ont pas évité les questions qui font débat. Elles sont parties des interrogations des parents, chef d’établissement, enseignants sur le fonctionnement de l’orientation et le rôle des co-psy. Elles ont permis d’échanger au fond sur ce que recouvrent l’information, les choix d’orientation et les problèmes de motivation et de les mettre en lien avec la construction de la personnalité , la réussite scolaire et l’insertion sociale et professionnelle.

- Ces échanges ont évidemment largement été éclairés par les apports de C. Laval concernant les rapports de l’OCDE et les recommandations européennes. Nous y avons retrouvé les axes de la politique que nous avons combattu l’an dernier , qui prétendait remettre le métier et les services aux « normes européennes » ! Nous le savons bien aux projets de réduction des ambitions en matière de politique éducative ont toujours correspondu des tentatives d’éviction des co-psy de l’Education Nationale ou de rétrécissement de leur rôle à celui d’informateur ou d’orienteur.

- Mais affirmer son ancrage dans l’Education ne signifie pas se désintéresser du monde du travail. Les échanges nombreux qui se sont développés autour des travaux présentés par Y. Clot ont souligné la complexité de la connaissance des métiers et l’intérêt d’une approche de psychologue qui ne rabatte pas l’activité professionnelle sur des prescriptions abstraites et univoques, comme certains le préconisent aujourd’hui.

- Les discussions commencées durant ce colloque vont se poursuivre sur le terrain . Elles montrent que le métier est bien vivant face à tous ceux qui n’ont pas abandonné leurs intentions du printemps. L’adoption d’un amendement sur la décentralisation des médecins au Sénat en est un des exemples et nous appelons les collègues à adresser massivement des Fax au Ministère et à leur député pour éviter que de telles initiatives "fâcheuses" ne se reproduisent à l’assemblée.

- L’ouverture du débat et de la consultation interne appelle toute notre vigilance pour refuser tout simulacre de consultation. Nous sommes déjà intervenus auprès du cabinet pour signaler plusieurs dérives sur le terrain. La période du débat doit être l’occasion de nouvelles initiatives avec nos partenaires pour faire avancer nos propositions de manière offensive.

C.REMERMIER

Autres articles de la rubrique Archives 2002-2005