Refondation de l’éducation prioritaire

Colloque REP+ du 9 octobre 2014 Un vrai + pour l’éducation prioritaire

Le colloque organisé par Le SNES-FSU, le SNEP-FSU et le snUpden-FSU a réuni une centaine de collègues, enseignants et non-enseignants venus de toute la France.
Ils ont pu faire le point sur la mise en œuvre de la réforme de l’éducation prioritaire dans le 102 REP+ "préfigurateurs".

« Collèges REP+, états des lieux et devenir »
Mise en place et enjeux des REP+

Sommaire
- Discours d’ouverture de Frédérique Rolet
- Discours de Bernadette Groison (à venir)
- Article publié dans l’USMag n°745
- Comptes-rendus des 3 ateliers (à venir)
- Discours de Clôture de Benoît Hubert
- Vidéos

Discours d’ouverture de Frédérique Rolet
Co-secrétaire Générale du SNES-FSU

Affirmer d’abord fortement qu’il faut relancer l’éducation prioritaire, parce que le SNES et la FSU font le pari de l’éducabilité de tous, parce que les inégalités devant le savoir sont insupportables, parce qu’on ne peut accepter de voir des zones entières devenir zones d’inégalités, des zones où parfois l’école demeure le seul service public garant de l’égalité. L’éducation prioritaire peut être un outil, cet outil doit évoluer.

Discours de Bernadette Groison
Secrétaire Générale de la FSU
à venir

Article USMag n°745
De très nombreux collègues des REP+ préfigurateurs ont participé le 9 octobre au colloque organisé par le SNES-FSU, le SNEP-FSU et le SNUPDEN-FSU afin de faire le point et réfléchir collectivement aux revendications que notre organisation devra porter.
Des ateliers pour débattre
Venus porter la parole de leurs collègues, ils se sont répartis en trois ateliers afin de permettre une expression libre sur la situation dans les établissements qui expérimentent le dispositif REP+ qui sera étendu à la rentrée 2015.
La mise en place de la pondération des heures d’enseignement à hauteur de 1,1 ainsi que les autres éléments destinés à reconnaître la difficulté d’exercice en éducation prioritaire ont bien sûr retenu l’attention. De nombreux échanges ont porté sur le pilotage pédagogique des établissements REP+ et d’autres ont insisté sur un mode de pilotage plus collectif. Le fonctionnement du réseau écoles/collège a également été au centre des discussions, comme la liaison avec le lycée jugée indispensable par les participants.
Une table ronde pour nourrir la réflexion
Deux chercheurs sont venus enrichir la réflexion de l’assemblée autour du lien entre individuel et collectif. Il s’agissait de travailler ces notions du point de vue pédagogique : les notions d’individualisation de l’apprentissage, les dispositifs extérieurs à la classe, en lien – ou pas – avec la classe, ont été questionnés grâce à l’intervention de Jacques Bernardin. Jean-Luc Roger a, pour sa part, abordé ces notions du point de vue des personnels et a développé sa vision des collectifs de travail, vision que partage le SNES-FSU.
Des revendications pressantes
Les participants ont formulé plusieurs demandes :
- une pondération qui donne lieu à une réelle réduction de la charge de travail ;
- le respect de leur professionnalité : ils doivent être maîtres d’œuvre du travail collectif et non sous le joug de méthodes managériales ;
- une formation de qualité qui réponde à leurs besoins et à ceux
de leurs élèves ;
- une amélioration réelle des conditions de travail ;
- que les lycées ne soient pas écartés de l’éducation prioritaire et
que se développe le nécessaire lien collège/lycée.
Ce sont des conditions nécessaires pour susciter le volontariat des
personnels, favoriser leur stabilité et faire réussir les élèves.

Comptes-rendus des 3 ateliers
à venir

Discours de Clôture de Benoît Hubert
Secrétaire Général du SNEP-FSU

L’école ne pourra à elle seule résoudre toutes les difficultés sociales, économiques, les inégalités d’accès à la culture, aux équipements etc. Toutefois, elle a la responsabilité de relever le défi des inégalités de résultats scolaires.
.
.

Vidéos
Le colloque collèges REP + s’est tenu jeudi 9 octobre à Paris. Les collègues ont exprimé la difficulté de pouvoir travailler avec et pour les élèves, dans le contexte d’une réforme pilotée localement par des chefs d’établissement, ayant souvent une lecture bien différente des textes officiels.

Témoignage de Stéphane Bailanger, professeur d’histoire-géographie en collège Rep+ dans la région de Bordeaux.

Bruno Mer, secrétaire national SNES-FSU, chargé des questions d’éducation prioritaire et professeur de lettres.

Autres articles de la rubrique Refondation de l’éducation prioritaire

  • Réforme de la carte de l’éducation prioritaire
    Article paru dans l’US 746 d’octobre 2014. Les 1 082 réseaux à la rentrée 2015 ne réduiront pas le périmètre de l’EP. Mais la carte évoluera pour s’adapter à l’évolution des contextes sociaux. Or, la... Lire la suite (Novembre 2014)
  • Dispositif REP+ à la rentrée
    A la rentrée 2014, le ministère a lancé un processus de « relance de l’éducation prioritaire ». La tentation de réduire le périmètre de l’éducation prioritaire était alors forte, au prétexte de mettre fin «... Lire la suite (Juin 2014)
  • Des outils pour les Assises de l’éducation prioritaire
    Les Assises s’ouvrent localement avec une demi-journée banalisée dans les établissements. Vous trouverez ici tous les outils (dossiers, fiches thématiques, tracts, etc.) pour investir les débats et... Lire la suite (Octobre 2013)