US 720 du 26 avril 2012

Circulaire de rentrée 2012 : Sens interdit

La circulaire de rentrée publiée au BOdu 29 mars condense la politique
éducative menée ces dernières années et détaille les « orientations
et instructions pour la rentrée 2012 », dessinant un système éducatif
du « chacun pour soi » et du mérite, aux antipodes de celui qu’il
faudrait construire pour plus de justice et d’égalité.

Le ministère s’adresse un satisfecit pour l’ensemble
de son oeuvre et continue de légitimer
ses orientations calamiteuses en affichant,
dès l’introduction, sa volonté de construire
une « école du socle commun » présentée
comme une « école de l’exigence et de l’ambition
 »
mais uniquement pour que « chaque
élève prenne le chemin de sa réussite »
.

« Personnalisation » et « responsabilisation » (des
acteurs, des élèves et de leurs familles) sont
les maîtres-mots avec l’aide qu’il faudrait apporter
de manière « différenciée » et « adaptée aux
besoins de chacun » dès la maternelle !

Dans ce contexte, l’orientation est présentée
comme un levier de réussite via le PDMF, le
webclasseur, et le réseau « nouvelle chance ».

QUELQUES POINTS CLÉ

Au collège, la prise en compte des « intelligences
multiples »
des élèves passerait par le
développement des dispositifs d’alternance
dès la Quatrième (1) (légitimés par une évaluation
nationale généralisée en fin de Cinquième(
2)) et des « classes préparatoires aux
formations professionnelles » appelées à remplacer
les Troisièmes à DP6(3). En mettant l’accent
sur les seuls « fondamentaux » avec des
horaires indicatifs, globalisés et annualisés, ces
classes tournent le dos à la mise en extinction
de tous les cursus dérogatoires au collège promise
en 2004. Elles ne peuvent déboucher que
sur une sortie vers l’apprentissage, leurre pour
les élèves les plus en difficulté.

Les conséquences de cette personnalisation
des apprentissages au nom d’une maximisation des « potentiels » supposés est évidente : alternance
et apprentissage au nom du socle, pour
les uns ; ensemble des programmes et poursuite
d’études au lycée pour les autres !

Les internats d’excellence restent la vitrine d’une
« éducation prioritaire » en cours de démantèlement
avec le programme ÉCLAIR qui fait éclater
tous les cadres nationaux, pour les élèves et
les personnels. Le ministère persiste à y développer
l’EIST qui offre une vision réductrice des
trois disciplines concernées et permet d’imposer
une trivalence aux enseignants.

Cette circulaire enjoint aussi 10 % des collèges
à globaliser et annualiser les horaires de LV1 et
LV2 pour privilégier les groupes de compétences
 !

Pour le lycée, la circulaire appelle à consolider
les réformes engagées centrées là encore sur
l’accompagnement personnalisé et le suivi individuel
de chaque élève. Elle invite les établissements
à envisager une fusion des SES et des
PFEG en Seconde, privilégiant ainsi l’économie
au détriment de ce qui est constitutif de l’identité
des deux disciplines (sociologie pour les
SES et démarche technologique pour les PFEG).
La mise en place du nouveau livret scolaire
annoncée pour la session 2013 du baccalauréat
vise à instiller une évaluation par compétences
au lycée selon la même logique qu’au collège,
en utilisant l’évaluation terminale qui influence
les pratiques au quotidien. Le risque est une disparition
des notes et une remise en cause du
bac comme examen terminal.

La circulaire ne précise rien sur la mise en
oeuvre de la réforme en Première ST2S qui pose
pourtant d’importantes questions en terme de
disciplines, d’enseignement et d’orientation
des élèves de Seconde. Pour les séries STI2D et
STL, elle précise que la réforme doit préparer les
jeunes à la poursuite d’études supérieures de
niveau bac +2, bac +3, afin de former les
techniciens supérieurs dont l’industrie à
besoin ! Enfin une lueur de lucidité, bien
tardive, car, d’après la DGESCO, la
réforme en Première a entraîné une
diminution de 6% du nombre d’élèves
dans ces séries.

À cette circulaire inacceptable, le SNES
oppose son appel pour le second
degré et son plan d’urgence pour la
rentrée 2012.

Monique Daune,
Valérie Sipahimalani,
Sandrine Charrier

(1) Modules, ateliers de découverte des métiers
et des formations, dispositifs DIMA
(2) Bien que l’expérimentation menée cette année
n’ait donné lieu à aucun bilan officiel
(3) Là encore, en l’absence de tout bilan de la pseudo-expérimentation de cette année

Autres articles de la rubrique US 720 du 26 avril 2012

  • Action Langues Vivantes
    Au collège comme au lycée, les mesures annoncées pour la rentrée prochaine sont inacceptables et vont encore fragiliser un peu plus l’enseignement des langues vivantes : confirmant les déclarations de... Lire la suite (Mai 2012)
  • Correction du bac <BR>Rappel à l’ordre mal venu
    Plusieurs courriers émanant des rectorats de la Région Île-de-France sont venus récemment rappeler aux enseignants leurs obligations statutaires vis-à-vis des examens. En particulier les professeurs... Lire la suite (Mai 2012)
  • Fusion SES-PFEG en Seconde ?
    La circulaire de rentrée invite les établissements à fusionner, à titre expérimental, les enseignements d’exploration SES et PFEG. Bien entendu, il n’est pas question d’abonder l’horaire (1 h 30... Lire la suite (Mai 2012)