Actualité théâtrale

Jusqu’au 30 avril au Théâtre Artistic Athévains, partenaire Réduc’Snes

« Chat en poche », de Feydeau Mise en scène d’Anne-Marie Lazarini

Feydeau n’a que vingt-six ans quand il écrit «  Chat en poche  » mais on y voit déjà son univers. Il y peint une bourgeoisie qui se pique de prétentions sociales, n’a aucune retenue, pense que rien ne peut s’opposer à ses désirs et qui se révèle d’une bêtise remarquable. S’il n’y a pas de mari trompé, ce n’est pas faute de s’y essayer !

Monsieur Pacarel qui, comme il le dit lui-même « s’est enrichi dans le sucre par l’exploitation des diabétiques », s’est mis en tête de faire jouer un opéra écrit par sa fille et d’embaucher un ténor dans ce but. Cette décision va déclencher une avalanche de quiproquos où l’on prend pour un ténor un jeune étudiant, où celui-ci est doublement pris pour un autre, où une femme croit qu’il lui a parlé tendrement dans la colonne Vendôme, où des billets n’arrivent pas à ceux auxquels ils sont destinés mais à d’autres, où l’on confond chanter dans la Chapelle Sixtine et la visiter. Tout part d’un contrat conclu avec un jeune homme qui n’est pas celui qu’on croit, illustrant à merveille l’expression « acheter chat en poche », c’est à dire les yeux fermés.

Le texte est un régal de jeux de mots, un festival de quiproquos tel qu’on est proche de la folie, ce que pense d’ailleurs le jeune Dufausset, le fameux ténor, quand il est introduit dans cette maison. La mise en scène d’Anne-Marie Lazarini joue à fond la carte du déséquilibre. Le plancher est en pente, les chaises rococo, très fin XIXème, éclatent de couleurs criardes. Les entrées et sorties se succèdent à un rythme effréné et, pendant les intermèdes, qui permettent de déplacer les meubles, le célèbre air du Faust de Gounod déraille gentiment. Faisant mine de prendre le titre au mot, tous les acteurs réunis sur la scène, au début et à la fin de la pièce, font mine de chercher le chat avec la frénésie qui va marquer toute la représentation. Joli clin d’œil de la metteure en scène ! Les acteurs entrent avec plaisir dans ce délire cruel, où personne n’écoute l’autre, où la bourgeoisie que peint Feydeau révèle ses ambitions risibles, sa vanité, son égoïsme, sa médiocrité et sa bêtise. Jacques Bondoux, Frédérique Lazarini, Cédric Colas sont particulièrement remarquables, mais tous se laissent avec talent emporter par ce vent de folie où le rire nous entraîne vers le délire total.

Micheline Rousselet

Mardi, vendredi et samedi à 20h30, mercredi et jeudi à 19h, samedi à 16h, dimanche à 15h

Théâtre Artistic Athévains

45 bis rue Richard Lenoir, 75011 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 56 38 32

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « De Pékin à Lampedusa »
    Ils connaissent les dangers de la traversée du désert et de la Méditerranée et pourtant ils sont des milliers à se lancer, au péril de leur vie, dans ce périple où les attendent des passeurs sans foi ni... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Liberté ! (avec un point d’exclamation) »
    Des pieds chaussés de chaussettes rouges s’échappent d’un coffre d’où sort la voix d’un homme fredonnant la chanson de Moustaki Ma liberté. C’est bien de liberté que va nous parler Gauthier Fourcade et,... Lire la suite (Août 2017)
  • « Contagion »
    Nombreux sont ceux qui ont cru, tout au moins au début, que le développement des réseaux sociaux allait permettre de sortir du formatage des media et contribuer à redonner vie à la démocratie en... Lire la suite (Août 2017)
  • « De si tendres liens »
    Dans une série de tableaux successifs se déploie la relation d’une mère divorcée et de sa fille unique, une relation où les souvenirs de l’une rencontrent ceux de l’autre avec ce qu’il peut y avoir de... Lire la suite (Juillet 2017)
  • « Night in white Satie »
    Un drôle de bonhomme, ce Monsieur Satie, avec son pince-nez un peu de travers, ses costumes de velours (il en acheta sept identiques, tous de couleur moutarde, à la suite d’un héritage), son chapeau... Lire la suite (Juin 2017)