Actualité théâtrale

Au Théâtre Essaïon - Paris

"Cavales"

Un homme, Paul, et une femme en robe de mariée, Elsa, courent. Où vont-ils, que fuient-ils ? Ils viennent de se rencontrer, ils semblent vouloir échapper à un monde qu’ils laissent derrière eux et sont en quête de liberté. Dans leur fuite, ils rencontrent d’autres « Lui », d’autres « Elle » qu’ils ont été, ont connus ou imaginés.
Comme le dit l’auteur, Pierre Vignes, « Cavales » est d’abord l’histoire d’un rêve que l’on a tous un jour, celui de partir, d’échapper à une vie dans laquelle on s’est, presque sans s’en apercevoir, peu à peu laissé enfermer. Dans leur fuite, leur désir d’une vie nouvelle entre en collision avec le réel. La conscience affleure peu à peu qu’il est difficile de supprimer d’un trait sa vie d’avant et ceux qu’on y aimait et qui vous aiment. Est-on prêt à tout quitter, à plonger dans l’inconnu, connaît-on l’autre suffisamment pour le faire ?

Pour ce « road trip théâtral où se mêlent deux courses, l’une intérieure qui tend vers plus de liberté, l’autre extérieure qui lutte face à la brutalité du réel », Sébastien Rajon a imaginé un dispositif scénique astucieux. Dans un décor noir, une sorte de cabine, noire aussi, permet de créer des espaces qui ouvrent sur d’autres lieux et d’autres personnages, et passe de l’opaque au transparent pour laisser entrevoir la transformation de « Lui » ou « Elle ». En effet, dans leur course, Elsa et Paul rencontrent d’autres hommes et femmes. Stéphanie Papasian est Elsa et les autres « Elle ». Michel Laliberté est Paul et les autres « Lui ». Un changement de coiffure ou de costume leur permet de passer, très rapidement grâce à la cabine, d’un personnage à l’autre. Tous deux glissent avec beaucoup d’aisance d’un vêtement dans l’autre, mais aussi d’un caractère à l’autre. Ils sont tantôt l’homme et la femme en fuite dans leur quête de liberté, tantôt ceux qu’ils étaient dans leur vie d’avant. Ils sont tour à tour bourreau ou victime, séducteur ou séduit. Ils révèlent avec finesse ce que les rapports entre les sexes ont de complexes, avec leur cortège de tendresse, de sexe et de violence aussi.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
Théâtre de L’Essaïon
6 rue Pierre-au-Lard, 75004 Paris
Réservations (en se réclamant du Snes – partenariat Réduc’snes sollicité) : 01 42 78 46 42

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)