Actualité théâtrale

L’Atalante, jusqu’au 24 juin 2014

"Caprices" d’après l’œuvre de Francisco y Goya Mise en scène Guillaume Dujardin

Goya, encore jeune, est frappé par un mal qui l’enferme dans le silence. Sourd, les oreilles cadenassées, il a pourtant la tête pleine de bruits.
Le peintre reconnu, glorifié se trouve isolé, affaibli, exclu du monde des vivants.
Cependant, il a continué à vivre, il a appris à lire sur les lèvres et gardé une certaine joie de vivre.
Le jour, il exécute les commandes émanant de la puissance royale et la nuit, se libérant du carcan de ses obligations, il laisse libre cours à son imagination, à son énergie créatrice, à sa folie et crée dans cette ambiance nocturne, une série de gravures intitulée "Les caprices".
"Dans ces petites peintures j’ai réussi à faire des observations qui n’ont généralement pas leur place dans les œuvres de commande où le caprice n’a pas libre cours" dit-il en substance.
Pour ces réalisations, il regarde ailleurs, peint des taureaux sanguinolents, des picadors éventrés, les incendies, les fous, des sorcières hideuses et le monde à ses yeux, devient noir comme ses pensées et ses rêves. Il scrute les souterrains, les soubassements, derrière les apparences comme quand dans la nuit se dévoile, à l’œil insistant, les contours de tout ce qui se cache, se tapit loin de la lumière.

Sur le plateau, une simple estrade de courtes dimensions limite la mise en scène et réduit dans la bonne mesure, le jeu gestuel de Maxime Kerzanet. Un jeu de lumière également très réduit, rythme le monologue.
Le texte lyrique, enflammé, tout en ruptures aurait peut-être exigé, de la part de l’interprète, moins d’emphase. C’est sans doute le peu d’espace dont il dispose qui le conduit à quelques excès de voix qu’il corrigera sans doute au fil des prochaines représentations.

Le spectacle fait partie du "Festival de Caves" qui, comme l’année dernière, propose une vingtaine de manifestations qui se donnent dans des lieux improbables, dans une soixantaine de villes ; le but du Festival étant de créer dans un lieu souterrain, souvent exigu, une intimité entre un texte, un artiste et le public.

A découvrir pour l’atmosphère insolite et la révélation du texte de Francisco y Goya.

Francis Dubois

L’Atalante
10 place Charles Dullin Paris 18ème.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 46 06 11 90
www.theatre-latalante.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)