US Magazine 749 du 17 janvier 2015

Calendrier du bac 2015 Du mieux mais pas seulement...

Le calendrier du bac 2015 évitera a priori aux élèves les conditions difficiles qui ont pu exister dans les années récentes. Un cadrage national parfois insuffisant voire inexistant et les modalités inadmissibles des épreuves renvoyées aux aléas du local entretiennent hélas les inégalités de traitement entre les candidats.

Organisées sur six jours, du mercredi 17 juin au mercredi 24 juin, les épreuves écrites ne devraient pas donner lieu à des journées « à rallonge », difficiles pour tous les élèves, intenables pour ceux bénéficiant d’un tiers-temps. On peut aussi noter que les épreuves d’évaluation des capacités expérimentales (série S) bénéficient d’un cadrage plus pertinent que les années précédentes.

Les problèmes persistent

Concernant la question des corrections des copies, il est précisé que les enseignants de philosophie sont dispensés de toute surveillance d’autres épreuves écrites, dès la remise de leur lot de copies à corriger, ce qui ne résout pas la question du délai – ni en philosophie ni dans les autres disciplines.

Un certain nombre de problèmes persistent cependant. Le calendrier académique variable de certaines épreuves orales (DNL, histoire-géographie en STI2D) ne met pas les candidats dans les mêmes conditions de préparation à l’échelle nationale. Le SNES-FSU dénonce pour la troisième année consécutive les modalités inadmissibles des épreuves en cours d’année de langues vivantes (ECA) et les dérives de l’organisation locale des épreuves (CCF, TPE, projets...). Mais le ministère reste sourd à tous les arguments et met ainsi sciemment en cause le caractère national du diplôme.

Au-delà de cette liste malheureusement non exhaustive, le SNES-FSU continue d’interpeller régulièrement le ministère sur d’autres problèmes structurels : l’accumulation de convocations, parfois de dernières minute, et les pressions, quelquefois insupportables, sur les correcteurs de la part de la hiérarchie. Compte tenu des disparités selon les académies, le type d’épreuve et les disciplines, il est crucial d’informer les sections académiques de tous les problèmes qui peuvent surgir afin de saisir à temps rectorats et ministère.

Claire Gueville

Autres articles de la rubrique US Magazine 749 du 17 janvier 2015