US 680 du 18 avril 2008

Calendrier de fin d’année : chronique d’une catastrophe annoncée ?

En publiant le calendrier de fin d’année, incluant les examens et
les procédures d’orientation, le ministre a pris, pour des raisons
démagogiques et d’affichage, le risque de graves
dysfonctionnements.

Le SNES l’a alerté à plusieurs reprises et continue
d’exiger une remise à plat du calendrier
qui est plus que jamais urgente. Mépris des correcteurs
que l’augmentation de la rémunération
par copie cache mal, tensions sur les procédures
d’orientation pourtant décisives pour nombre
de jeunes, menaces sur la qualité du baccalauréat...
caractérisent cette décision inacceptable.

Le SNES a lancé une pétition téléchargeable et
signable en ligne (http://www.snes.edu/petitions/index.php?petition=12). Les sections académiques
ont alerté les recteurs qui établissent
les calendriers académiques (dates des oraux
de prises des copies et de remise des notes) et constituent les jurys. Il est indispensable de
faire pression pour obtenir un autre calendrier
qui respecte les conditions de correction
et la qualité des examens.

Les convocations au baccalauréat commencent
à arriver et les calendriers d’organisation du
mois de juin dans les établissements s’élaborent
actuellement.

En cas de difficultés, prenez contact avec
votre section académique ou départementale
du SNES et collectivement
exigeons une autre organisation de la fin
d’année. C’est maintenant, dès le retour
des vacances qu’il faut agir.

Echos des académies Le mécontentement monte dans les salles des profs à l’annonce du calendrier de fin d’année. Le recul des dates du bac en est le premier motif : début le 18 juin avec la philo pour terminer le 11 juillet. D’autant que le ministre demande aux enseignants de poursuivre des activités d’enseignement pendant cette période. En région parisienne les points de blocage de l’année dernière vont s’aggraver : en philo, jusque 170 copies par examinateur en série techno ; en lettre, marathon du 24 juin au 9 juillet avec environ 65 candidats à évaluer à l’oral puis à l’écrit par examinateur... La section académique de Lille propose une lettre collective par établissement au ministre (voir sur son site).

Roland Hubert

Autres articles de la rubrique US 680 du 18 avril 2008

  • Série ST2S : menaces sur les prépas
    Quelle est la logique de la suppression des classes préparatoires aux concours paramédicaux et sociaux et des Premières d’adaptation dans les académies ? Tout le monde constate que les organismes... Lire la suite (Juillet 2009)
  • Rénovation du BTS ESF : le report s’impose
    Ce projet sans véritable concertation avec les personnels et les professionnels concernés devrait être soumis au Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE) dans le courant du mois de mai et appliqué à la... Lire la suite (Juillet 2009)
  • Enseignants documentalistes
    L’occasion fait le larron : à Colmar, à Brest, on escamote des postes de lycée en profitant de départs à la retraite. À Créteil, le rectorat veut procéder à des redéploiements : supprimer des postes... Lire la suite (Juillet 2009)
  • Certifications en LV
    Le ministère persiste dans sa volonté d’imposer aux enseignants de LV la participation à la délivrance d’une certification A2 ou B1 en anglais, espagnol ou allemand aux élèves volontaires (seuls les... Lire la suite (Juillet 2009)
  • Quand la consultation cache l’expérimentation
    Tandis que R. Descoings poursuit son tour de France des établissements en parallèle avec l’ouverture d’un site recueillant témoignages et avis divers, le ministère tente toujours de contourner le débat... Lire la suite (Juillet 2009)