US 673 du 25 octobre 2008

CSE : voie professionnelle

Le CSE (Conseil supérieur de l’éducation)
s’est réuni jeudi 23 octobre pour examiner
quatre projets de décrets qui entérinent la
généralisation du bac pro en trois ans dans le
cadre de la réforme de la voie professionnelle.
L’un d’eux affiche le maintien d’un cycle de
deux ans pour préparer un diplôme de
niveau V. Mais comme le ministère considère
que le BEP constitue « un obstacle » à l’obtention
du bac professionnel (sic !), il ne s’agirait en
fait que d’une préparation au CAP.

Le BEP, qui reste un diplôme de niveau V inscrit
au répertoire national des certifications professionnelles,
ne serait plus qu’une certification
intermédiaire délivrée en cours de cursus de
préparation au bac pro en trois ans, sur la base
d’épreuves évaluées en CCF. Les enseignants
devront donc concevoir des épreuves en cours
de formation... dans le cadre d’une formation
en deux ans qui n’existe plus en tant que telle !
En supprimant ces formations, le ministère prend
la lourde responsabilité d’augmenter le nombre de sorties sans qualification. Quand ils ne pourront
pas préparer le CAP, faute de places en
nombre suffisant, les élèves les plus fragiles à la
sortie du collège devront se tourner soit vers les
CFA, soit choisir par défaut le bac pro en trois ans.
Combien de ces élèves abandonneront en cours
de route face aux difficultés ?

Par ailleurs, ces textes réorganisent la voie professionnelle
à l’aveugle car les horaires et les
contenus du bac pro en trois ans ne sont toujours
pas définis par arrêté. Ils consacrent la suppression
du BEP alors que ce diplôme permettait à de
très nombreux élèves en difficulté d’accéder à un
premier niveau de qualification et de reprendre
confiance avant de s’engager vers le baccalauréat. Pour toutes ces raisons, le SNES et la FSU ont
voté contre ces textes. Si ces projets de décrets
ont été systématiquement approuvés par le
SGEN-CFDT, ils ont fait l’objet d’un vote majoritairement
défavorable du CSE. Le ministre serait
bien inspiré d’en tenir compte !

Monique Daune

Autres articles de la rubrique US 673 du 25 octobre 2008