Communiqués de l’intersyndicale

CNDP : mépris de la parole donnée

FSU

Intersyndicale du réseau CNDP/CRDP [SCÉRÉN]
29, rue d’Ulm - 75230 Paris Cedex 05
intersyndicale@cndp.fr - www.nodeloc.net

Paris, le 11 mai 2005

Communiqué n° 60

CNDP : mépris de la parole donnée

Lorsque l’intersyndicale a rencontré le mardi 29 mars Jean-Paul Faugère, directeur de cabinet de François Fillon, ainsi que deux conseillers du ministre, les représentants du personnel ont pu développer les raisons de la crise qui secoue actuellement le CNDP et faire des propositions pour essayer d’en sortir.
Jean-Paul Faugère s’est alors déclaré favorable à « ce que naisse une véritable concertation », à ce qu’une expertise soit lancée à propos de la viabilité d’une édition pédagogique hors de l’Île-de-France et à ce qu’une réflexion soit engagée de manière concertée sur un projet d’établissement commun au CNDP et au réseau.
Mme Marianne Lévy-Rosenwald, médiatrice de l’édition publique et conseillère à la Cour des comptes a ensuite été sollicitée pour remettre au cabinet dans des délais très brefs ce rapport d’expertise.

A la demande de l’intersyndicale, le cabinet de François Fillon et la direction générale ont accepté de reporter le déménagement de la plate-forme numérique vers Chasseneuil-du-Poitou initialement prévu les 15, 16 et 17 avril. Alain Coulon, directeur général du CNDP, a dans un communiqué au personnel daté du 14 avril, annoncé son intention « de reporter le déménagement [...] dans l’attente de l’avis d’un expert ».

Comment comprendre que le rapport de Mme Lévy-Rosenwald remis au cabinet le 25 avril n’ait à ce jour été communiqué à personne ?

Comment comprendre qu’à ce jour, aucune ébauche de concertation, aucune discussion à propos du projet d’établissement n’ait encore débuté ?

Comment comprendre le silence du ministère, six semaines après les engagements pris par le directeur de cabinet ?
Comment comprendre l’obstination dont fait preuve la direction générale à vouloir continuer à délocaliser au coup par coup, au mépris de la concertation promise ?

Comment comprendre la décision de la direction générale d’organiser dès le 13 mai le déménagement de la plate-forme, alors qu’aucun élément nouveau n’est survenu depuis les déclarations d’Alain Coulon il y a un mois ?

Comment comprendre enfin la provocation de la direction générale qui maintient, à l’ordre du jour des CTP du 12 mai, le vote d’un projet d’établissement rigoureusement identique à celui qui avait été vigoureusement contesté par les personnels lors des CTP du 11 mars ?

Rappelons que cette « folle journée » avait débouché sur l’entrevue au ministère du 29 mars et les engagements du cabinet.

De fait, depuis deux ans et demi, le personnel du CNDP est soumis de façon récurrente à ce mépris de la parole donnée.
Les préconisations du médiateur ont été systématiquement bafouées par la direction générale, sous la pression de Matignon.

Aujourd’hui, le ministère renie les engagements qu’il a pris il y a six semaines devant l’intersyndicale et des fédérations nationales.
Ce déni de démocratie et ce revirement sont inacceptables et les personnels du CNDP sont plus que jamais déterminés à résister à l’arbitraire et à s’y opposer par tous les moyens.

Last but not least : Alain Coulon a été décoré hier midi par François Fillon de l’Ordre national du mérite. A qui donc profitent ses bons et loyaux services ? A certain locataire de Matignon sans doute, mais en aucun cas à l’édition publique pédagogique.

Autres articles de la rubrique Communiqués de l’intersyndicale