Actualité théâtrale

La Tempête Cartoucherie de Vincennes jusqu’au 11 décembre 2011

"Beaucoup de bruit pour rien" Partenaire Réduc’snes

" Beaucoup de bruit pour rien " de William Shakespeare, mise en scène Clément Poirée

La célébration du mariage qui devait lier la belle Héro au Comte Claudio est interrompue à la dernière minute, à la suite d’insinuations calomnieuses jetant le discrédit sur la personne de la jeune fille. Dans le même temps, il est question de faire éclore l’amour entre le fantasque gentilhomme Bénédict et la farouche Béatrice, tous deux, selon leurs dires, fermement opposés au sacrement du mariage…

"Beaucoup de bruit pour rien" est une comédie où l’on s’agite, rit, joue, où l’on s’affronte, chante. Le drame n’est jamais bien loin, même si l’on y sombre que par supercherie…

Clément Poirée a pris le texte à bras le corps en respectant l’esprit de l’écriture et en laissant la bride sur le cou à sa mise en scène le plus souvent inspirée, débordante d’inventivités, de cocasserie et d’apartés qui permettent, aux différents décors, de se succéder en des temps record derrière un rideau qui va et qui vient.

Le jeu des comédiens est à l’avenant et même si Alix Poisson, toute juste sortie de chez Feydeau, en fait beaucoup dans la première partie du spectacle, ou si Bruno Blairet, à force de sur-jeu, semble parfois courir après une "composition" mi-figue mi-raisin, les autres comédiens rattrapent largement le coup.

Et Jean-Claude Jay, au mieux de sa forme, ou Julien Villa, en traitant leur partition avec beaucoup plus de mesure - mais non sans fantaisie - apportent à la distribution un bel équilibre.

On rit, on s’amuse, on se laisse porter par le tourbillon de la mise en scène et au final, on passe une très bonne soirée, même si Clément Poirée, sans doute soucieux de soutenir le rythme, charge parfois la barque.

Si l’on comprend parfois mal l’éclectisme des costumes, on apprécie la musique de Stéphanie Gibert très bien utilisée et du coup, on pardonne les dérapages de jeu de certains comédiens et la surabondance d’idées.

La reprise du " Dindon" de Feydeau sur lequel Clément Poirée assistait Philippe Adrien et maintenant, cette comédie de Shakespeare menée tambour battant, laissent augurer une belle saison au théâtre de La Tempête.

 

Francis Dubois

 

Théâtre de La Tempête Cartoucherie de Vincennes Route du Champ de Manœuvre 75 012 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

 

 

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (Septembre 2017)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (Septembre 2017)